Algérie : quatre ans de prison ferme requis contre Karim Tabbou, l'une des figures du Hirak

Algérie : quatre ans de prison ferme requis contre Karim Tabbou, l'une des figures du Hirak© RYAD KRAMDI Source: AFP
Un manifestant brandit un panneau appelant à libérer Karim Tabbou lors d'une manifestation contre le pouvoir organisée à Alger, le 27 septembre 2019 (image d'illustration).

Le 4 mars, le procureur d'un tribunal algérois a requis une peine de quatre ans de prison ferme contre Karim Tabbou, figure de proue du mouvement de protestation algérien. Il est notamment poursuivi pour «atteinte au moral de l'armée»

Le procès de Karim Tabbou, l’une des figures du mouvement de contestation qui secoue l’Algérie depuis un an, s’est tenu le 4 mars à Alger. En détention provisoire depuis fin septembre 2019, le chef du de l’Union démocratique et sociale (UDS) – un parti d’opposition non agréé par les autorités – est accusé «d'incitation à la violence» et «d'atteinte au moral de l'armée». Le procureur a requis une peine de quatre ans de prison ferme à son encontre et une amende de 200 000 dinars.

«Les services de sécurité m’ont carrément kidnappé»

Réfutant les charges pensant à son encontre, Karim Tabbou est notamment revenu sur les conditions de sa première arrestation – il avait été placé en détention le 12 septembre 2019 avant d’être brièvement remis en liberté le 25 septembre – en soulignant les mauvais traitements dont il aurait été victime : «Les services de sécurité m’ont carrément kidnappé. Ils m’ont demandé de les suivre sans même m’accorder le temps de me changer. Pendant plusieurs heures, à [la caserne] Antar, personne ne m’a adressé la parole. Ce n’est qu’à 1h du matin que quelqu’un est venu m’interroger. On m’a dicté des interdictions, comme ne pas parler aux journalistes ni d’organiser des réunions, puis on m’a relâché le lendemain jeudi à 17h », a-t-il affirmé selon le quotidien algérien Liberté.  

Et d’ajouter : «Je mets le ministre de la Justice au défi d’ouvrir une enquête sur ce que j’ai subi à Antar. J’ai comparu devant le juge d’instruction en ayant des bleus sur les mains. Les conditions de détention étaient désastreuses, j'ai passé 20 sur 24 heures en isolement total. J’étais isolé de l’humanité.»

180 avocats pour défendre Karim Tabbou

Le procès s’est achevé aux premières heures de la matinée du 5 mars après les plaidoiries des avocats de Karim Tabbou. Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association créée au cours de l’été 2019 et dont l’objectif affiché est d’obtenir «la libération des prisonniers politiques et d'opinion», 180 avocats se sont constitués pour défendre le prévenu. Le verdict sera prononcé le 11 mars.

Au même moment, rassemblés à l’extérieur du tribunal, au moins une centaine de sympathisants ont manifesté aux cris de «Libérez Karim Tabbou et tous les détenus !». «Aujourd'hui, demain, Tabbou sera toujours présent !», ou encore «Où est la justice, où est le droit ?», scandaient les manifestants.

Ce procès médiatique intervient après la libération de plusieurs autres figures du mouvement : le 1er mars, l’ancien journaliste Fodil Boumala, avait été relaxé. Placé en détention provisoire depuis septembre 2019, il était poursuivi pour «atteinte à l'intégrité du territoire» et «diffusion de publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national». Plus tôt, le 3 février 2020, le tribunal de Bir Mourad Raïs (Alger) avait décidé de relaxer Samir Benlarbi, placé lui aussi en détention provisoire depuis septembre 2019 et poursuivi pour les mêmes chefs d’inculpation.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»