Algérie : une nouvelle figure du Hirak relaxée par la justice

- Avec AFP

Algérie : une nouvelle figure du Hirak relaxée par la justice© Amal BELALLOUFI / AFP Source: AFP
Manifestants anti-gouvernement en février 2020 à Bordj Bou Arreridj, en Algérie (image d'illustration).

Fodil Boumala, figure du mouvement de contestation qui agite l'Algérie depuis plus d'un an, a été relaxé ce 1er mars. Placé en détention provisoire depuis septembre 2019, il était notamment poursuivi pour «atteinte à l'intégrité du territoire».

L'opposant algérien Fodil Boumala, personnage important du Hirak, a été acquitté en Algérie, a déclaré un de ses avocats à l'AFP. Lors de son procès le 23 février, le parquet avait requis un an de prison ferme contre cet ex-journaliste de la télévision nationale et cofondateur d'un mouvement citoyen d'opposition. «Il a été acquitté. Aujourd'hui, il va rentrer chez lui», a notifié l'un de ses avocats, Zoubida Assoul.

En détention provisoire depuis son arrestation mi-septembre, Fodil Boumala était poursuivi pour «atteinte à l'intégrité du territoire», crime passible de dix ans de prison, et «diffusion de publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national», délit passible d'un an d'emprisonnement.

Avant son arrestation, Fodil Boumala était de toutes les manifestations du mouvement populaire de contestation né le 22 février 2019 pour s'opposer à la candidature annoncée à un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, finalement contraint à la démission le 2 avril suivant. 

Le 3 février 2020, le tribunal de Bir Mourad Raïs (Alger) avait décidé de relaxer Samir Benlarbi, une autre figure du mouvement de contestation. Le 27 janvier, le parquet avait pourtant requis trois ans de prison ferme et 50 000 dinars (375 euros) d'amende à son encontre pour «atteinte à l’intérêt national» et «diffusion ou détention de publication portant atteinte à l’intérêt national». Incarcéré depuis le 17 septembre dernier, il avait finalement été libéré quelques heures après l'annonce du verdict.

Autre figure majeure de la contestation détenue depuis septembre, Karim Tabbou, à la tête de l'Union démocratique et sociale (UDS, parti non enregistré), sera de son côté jugé le 4 mars, selon Noureddine Benissad, membre du collectif de défense. Il est également inculpé d'«atteinte à l'intégrité du territoire», ainsi que d'«actions violentes» visant à «entraver la circulation de matériel militaire», selon l'avocat.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»