«Sécurité» et «stabilité» : Macron appelle la France à «regarder en face» sa relation avec la Russie

«Sécurité» et «stabilité» : Macron appelle la France à «regarder en face» sa relation avec la Russie© Kacper Pempel Source: Reuters
Le président français Emmanuel Macron s'exprime en conférence de presse à Varsovie, au côté du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, le 3 février.

Alors qu'il se trouvait à Varsovie pour sa première visite officielle en Pologne, le président de la République française a martelé, de nouveau, sa volonté de dialogue avec la Russie. Il a appelé à lever tous les «malentendus» dans ces relations.

Alors qu'il se trouvait à Varsovie pour sa première visite officielle en Pologne le 3 février, Emmanuel Macron a abordé un sujet qui lui semble cher : le renforcement du dialogue avec la Russie. 

«La France n’est ni pro-russe, ni anti-russe, elle est pro-européenne. Même si elle n’est pas dans l’Union européenne, la Russie est dans l’Europe. Et nous n’avons aucun intérêt à ne pas regarder en face notre relation avec la Russie et à laisser des malentendus», a déclaré le président français, dans des propos retranscrits sur Twitter.

Et d'ajouter, pour préciser le cadre dans lequel s'inscrivent ses propos : «Les intérêts de sécurité et de stabilité de l’Europe sont pour la France une priorité absolue et la seule ligne de conduite.»

Relations compliquées entre Moscou et Varsovie... et entre Paris et Varsovie

Si ces déclarations en faveur d'un dialogue avec Moscou s'inscrivent dans la ligne habituelle d'Emmanuel Macron, le fait qu'elles soient formulées en Pologne a de quoi surprendre. Ce pays, en effet, entretient des relations compliquées avec la Russie.

Le contexte était d'autant plus délicat que les relations du dirigeant français lui-même avec Varsovie n'ont pas été, jusqu'à présent, au beau fixe. Dans le passé, le président français avait adressé des reproches aux autorités polonaises, notamment sur la question du climatla directive européenne dite des travailleurs détachés ou encore les «valeurs» européennes, entretenant une brouille entre Paris et Varsovie.

La France est totalement engagée au sein de l'Alliance atlantique et pour la sécurité de son flanc est

La semaine précédant ce voyage, l'Elysée avait voulu réchauffer les relations franco-polonaises, en déclarant que «sur aucun grand sujet européen on ne peut avancer sans la Pologne». Et ce 3 février, Emmanuel Macron a tenu d'autres propos à même de plaire aux dirigeants polonais. «La France est totalement engagée au sein de l'Alliance atlantique et pour la sécurité de son flanc est», a ainsi fait valoir le président français, rappelant que «plus de 4 000 soldats français» étaient mobilisés dans ce cadre. Résultat : le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki s'est dit rassuré par cette volonté française d'un «OTAN fort», selon l'AFP. 

Emmanuel Macron, chantre d'un dialogue «exigeant» avec Moscou

En ce qui concerne la Russie, Emmanuel Macron prône depuis longtemps déjà de meilleures relations avec la France et l'Union européenne.

Dès mai 2017, le chef d'Etat français avait voulu établir de nouvelles bases dans les relations entre Paris et Moscou en invitant Vladimir Poutine à Versailles, et en annonçant à cette occasion la création d'un forum franco-russe des sociétés civiles. Par la suite, en août 2018, le président de la République avait déclaré vouloir «faire l'aggiornamento complet» de la relation avec la Russie, afin de ne pas rester sur «des erreurs ou des incompréhensions des deux dernières décennies».

Un an plus tard, en juin 2019, c'est une «nouvelle architecture de confiance» entre l'Europe et la Russie que le chef d'Etat français avait appelé de ses vœux. Et deux mois plus tard, Emmanuel Macron insistait sur l'européanité de la Russie, martelant : «La Russie est européenne, très profondément» et évoquant une communauté continentale de valeurs philosophiques libérales.

Enfin, en novembre dernier, Emmanuel Macron avait réitéré son souhait d'un dialogue «lucide, robuste et exigeant» avec la Russie. Il avait souligné que l'absence de dialogue avec Moscou n'avait pas rendu «le continent européen plus sûr».

Lire aussi : La France veut relancer ses échanges économiques avec la Russie, selon Bruno Le Maire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»