Marseille : un ex-haut responsable syrien de Jaych al-Islam arrêté en France pour «crimes de guerre»

Marseille : un ex-haut responsable syrien de Jaych al-Islam arrêté en France pour «crimes de guerre»© ZEIN AL-RIFAI / ALEPPO MEDIA CENTRE Source: AFP
Des membres des forces rebelles de Jaysh al-Islam (armée de l'Islam) se tiennent sur un char, le 24 août 2015 (image d'illustration).

Présent sur le sol français grâce à un visa Erasmus, un djihadiste syrien soupçonné d’«actes de torture», de «crimes de guerre» et de «complicité de disparitions forcées» a été arrêté à Marseille, puis mis en examen, le 31 janvier à Paris.

Un ancien haut responsable et porte-parole du groupe islamiste syrien Jaych al-Islam (armée de l’Islam) a été interpellé le 29 janvier à Marseille par l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG), la Section de recherches de Marseille et le GIGN. 

Islam Alloush, né Majdi Mustafa Nameh en 1988, a ensuite été mis en examen, le 31 janvier, notamment pour «actes de torture et complicité», «crimes de guerre» et «complicité de disparitions forcées» commis entre 2013 et 2016, selon une source judiciaire de l’AFP. Il a été placé en détention provisoire sur décision d'un juge des libertés et de la détention, conformément aux réquisitions du Parquet national antiterroriste (PNAT).

Il se trouvait sur le territoire français au titre d’un visa Erasmus.

«Première enquête judiciaire portant sur les crimes commis par le groupe armé»

D’obédience salafiste, l'organisation Jaych al-Islam est suspectée de l'enlèvement, le 9 décembre 2013, de l'avocate et journaliste syrienne Razan Zeitouneh, de son mari Waël Hamada et de deux de ses collaborateurs, Samira Khalil et Nazem Hammadi, qui n'ont jamais été retrouvés.

Razan Zeitouneh, qui a reçu en 2011 le Prix Sakharov des droits de l'Homme en compagnie d'autres militants du Printemps arabe, avait été l’une des figures de l’opposition au gouvernement de Bachar al-Assad. Elle rapportait notamment les violations des droits de l’Homme commises par toutes les parties au conflit, dont le groupe islamiste syrien Jaych al-Islam.

En juin 2019, une plainte accusant des membres de cette organisation d'avoir commis des «actes de torture» et des «crimes contre l’humanité et crimes de guerre» dans la Ghouta (zone entourant l’est de Damas), entre 2012 et avril 2018, avait été déposée. L'initiative avait été portée par la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et le Centre syrien des médias (SCM), ainsi que par des membres des familles des personnes disparues, au terme de plusieurs années de recherches des ONG sur ce groupe terroriste. 

Pour la FIDH dans un communiqué publié le 31 janvier, cette mise en examen ouvre «la voie à la première enquête judiciaire portant sur les crimes commis par le groupe armé».

Lire aussi : Brest : sept suspects mis en examen et écroués après un coup de filet antiterroriste

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»