L'Etat islamique désigné «ennemi prioritaire» par le G5 Sahel

L'Etat islamique désigné «ennemi prioritaire» par le G5 Sahel© Guillaume HORCAJUELO / POOL Source: AFP
Emmanuel Macron s'entretient avec un employé d'Héli-Union, une société de services de transport et de maintenance d'hélicoptères à la base aérienne de Sauvagnon, près de Pau, le 14 janvier 2020 (image d'illustration).

Alors que la France et ses partenaires du G5 Sahel peinent à venir à bout des organisations terroristes, Emmanuel Macron et ses pairs ont souligné, à l'occasion du sommet de Pau, que leur ennemi numéro un dans la région était l'Etat islamique.

«La priorité, c'est l'Etat islamique du Grand Sahara [EIGS]», a déclaré Emmanuel Macron devant ses partenaires du G5 Sahel à l’occasion d’un sommet organisé à Pau (Pyrénées-Atlantiques). La déclaration du chef de l’Etat intervient alors que la France, présente militairement au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane (4 500 soldats), est confrontée à l’instar des autres forces armées des pays de la région, à une recrudescence des attaques terroristes.

«Les dernières attaques semblent montrer que le groupe a acquis des compétences en "command and control" [commandement et coordination] qu'il n'avait pas avant, avec des chefs de groupes capables de monter des attaques d'ampleur», s'inquiète une source militaire française citée par l’AFP.

Créée en 2015 par Adnane Abou Walid al-Saharaoui, transfuge du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), l’organisation terroriste a revendiqué plusieurs attaques dans la bande sahélienne. La dernière en date, perpétrée le 9 janvier contre le camp nigérien de Chinégodar (près de la frontière malienne), s’est soldée par la mort de 89 soldats. Quelques semaines plus tôt, le 10 décembre, l’EIGS a revendiqué une autre attaque commise là-aussi contre un campement militaire nigérien, celui d’Inates. Bilan : 71 soldat tués.

Le Niger n’est pas le seul pays à être dans le collimateur des organisations terroristes : le Burkina Faso, le Tchad et le Mali le sont également. Dans ce pays, 52 soldats maliens et un civil ont perdu la vie lors d’une attaque revendiquée par l'EIGS visant le camp d'Indemne, dans le nord-est du pays. Dans la matinée du 9 janvier, une attaque à la roquette contre un camp militaire de Tessalit, au nord du Mali, a fait 20 blessés : 18 casques bleus et deux civils d'origine malienne.

C’est également au Mali que l’armée française a été endeuillée à plusieurs reprises au cours de ces derniers mois. 13 militaires français ont perdu la vie fin novembre, dans la collision accidentelle de deux hélicoptères au cours d'une opération contre des djihadistes. Quelques semaines plus tôt, le brigadier Ronan Pointeau avait été mortellement touché par «le déclenchement d'un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé» dans le Liptako. Un énième drame qui a relancé le débat sur la légitimité de la présence française dans cette région. 

Lire aussi : Coopération russo-centrafricaine : quand la France s’arroge un droit de regard

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»