Macron ira à Niamey pour rendre hommage aux 71 soldats tués lors d'une attaque terroriste

- Avec AFP

Macron ira à Niamey pour rendre hommage aux 71 soldats tués lors d'une attaque terroriste© BOUREIMA HAMA Source: AFP
Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, rend hommage aux 71 soldats tués dans une attaque terroriste près de la frontière avec le Mali, le 13 décembre 2019.

Le chef de l’Etat effectuera le 22 décembre, une visite éclair à Niamey (Niger) afin de rendre hommage aux 71 soldats nigériens tués durant l’attaque du 10 décembre dernier. Il s’entretiendra également avec son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou.

L’Elysée a annoncé qu’Emmanuel Macron effectuerait, dans l’après-midi du 22 décembre, une brève visite au Niger afin de prendre part à une cérémonie d’hommage aux 71 soldats nigériens qui ont péri le 10 décembre dans une attaque sanglante dans le village d'Inates, situé près de la frontière malienne dans le sud-ouest du Niger. Cette attaque, la plus meurtrière de l'histoire du pays, a été revendiquée par les djihadistes du groupe Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS).

Sa rencontre avec son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, permettra par ailleurs de préparer la réunion prévue à Pau (Pyrénées-Atlantiques) le 13 janvier avec les présidents des cinq pays du Sahel, selon l'Elysée.

Ce sommet a été initié par le président français qui veut que ses homologues sahéliens apportent un appui plus clair à la présence militaire française au Sahel, contestée par une partie de leur opinion publique. Les cinq présidents du Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mauritanie) se sont d'ailleurs rencontrés à Niamey le 15 décembre, pour préparer cette rencontre prévue à l'origine le 16 décembre mais reportée en raison de l'attaque d'Inates.

L'invitation d'Emmanuel Macron à la rencontre de Pau, annoncée à l'issue du sommet de l'Otan le 4 décembre, avait été mal ressentie par beaucoup dans les Etats du Sahel, qui l'avaient perçue plutôt comme une «convocation». 

«La réunion de Pau est très importante et les Etats du Sahel sont eux aussi demandeurs de cet exercice de clarification», a assuré l'Elysée. La visite à Niamey ne vise pas à donner des gages après une invitation mal perçue mais à «reprendre la main collectivement face à une situation mauvaise», selon les conseillers du président de la République.

Lire aussi : Instabilité sécuritaire au Sahel : l'exception mauritanienne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»