Retrait des troupes américaines ? Washington aurait menacé l'Irak de bloquer son compte à la Fed

Retrait des troupes américaines ? Washington aurait menacé l'Irak de bloquer son compte à la Fed© Win McNamee/AFP Source: AFP
Le président des Etats-Unis Donald Trump menaçant l'Iran de nouvelles sanctions à la suite de l'attaque d'une base américaine en Irak.

Invoquant sa souveraineté, le Parlement irakien a voté en faveur du retrait des soldats américains du pays, après une frappe étasunienne sur Bagdad, qui a déclenché une crise régionale. En face, Washington use de la menace économique envers l'Irak.

L'administration américaine aurait menacé, cette semaine, de retirer à l'Irak son compte à la Réserve fédérale américaine (Fed), selon des fonctionnaires irakiens cités, sous couvert d'anonymat, par The Wall Street Journalle 11 janvier. Dans une dépêche ce 13 janvier, l'AFP rapporte également le témoignage d'un responsable de ce pays qui révèle qu'un haut fonctionnaire américain lui aurait déclaré : «Si les troupes américaines sont expulsées, les Etats-Unis vont bloquer votre compte à la Réserve fédérale à New York.»

Cette menace présumée fait suite à un vote du Parlement irakien enjoignant les 5 200 soldats américains en poste dans le pays à plier bagages, en réponse à une frappe étasunienne sur l'aéroport de Bagdad, qui a mis le feu aux poudres à la région. Le 3 janvier, Washington éliminait en effet le général iranien Qassem Soleimani et Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-iranienne et figure de proue de la lutte contre Daesh en Irak.

Washington a beau envoyer des signaux contradictoires concernant son intention de rester présent militairement en Irak, il n'en reste pas moins que les Etats-Unis ont peu apprécié la décision des parlementaires irakiens. «S'ils nous demandent effectivement de partir, si nous ne le faisons pas sur une base très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n'en ont jamais vu auparavant [...] Elles feront apparaître les sanctions contre l'Iran comme presque faibles», déclarait ainsi Donald Trump, cité par l'AFP, le 5 janvier à bord d'Air Force One, de retour de ses vacances à Mar-a-Lago (Floride).

Ouvert en 2003 après le renversement (qui se soldera par la pendaison) du dirigeant irakien Saddam Hussein par les Etats-Unis, le compte irakien à la Fed abrite des milliards de dollars tirés de l'exportation de pétrole, qui représente 90% des revenus du pays et son unique source de devises.

«Ils vont nous pousser dans les bras de la Russie, de la Chine et de l'Iran»

L'argument de Washington, visant à contrer la décision exprimée par Bagdad, serait pris très au sérieux. «Si l'accès à notre compte est bloqué, le robinet à dollars est coupé», résume un responsable irakien cité par l'AFP. «Ce sera l'effondrement», prévient un autre, expliquant que sans revenus pétroliers, l'Irak ne pourrait plus payer ses fonctionnaires et ses retraités.

«Le Premier ministre [Adel Abdul-Mahdi] était furieux, il s'est senti insulté», rapporte un fonctionnaire irakien à l'AFP. Un autre affirme que si Washington mettait ses menaces à exécution, Donald Trump «perdra[it] l'Irak». «Ils vont nous pousser dans les bras de la Russie, de la Chine et de l'Iran», ajoute-t-il.

Lire aussi : Les Saoudiens auraient payé un milliard de dollars pour renforcer la présence US, selon Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»