Boeing abattu : Hassan Rohani a appelé Volodymyr Zelensky pour lui «présenter ses excuses»

Boeing abattu : Hassan Rohani a appelé Volodymyr Zelensky pour lui «présenter ses excuses»© Reuters
en continu
Les débris du Boieng 737-800 ukrainien, abattu par erreur à Téhéran (image d'illustration).

L'Iran a reconnu avoir abattu un avion civil ukrainien avec 176 personnes à bord par erreur, sur fond de crise avec Washington. Les autorités ont promis d'identifier les responsables et de les traduire en justice.

Mise à jour automatique
  • «Au brave peuple iranien, qui souffre depuis longtemps : je suis à vos côtés depuis le début de ma présidence, et mon administration continuera à être à vos côtés. Nous suivons de près vos manifestations, et votre courage nous inspire», a tweeté Donald Trump ce 12 janvier, en farsi et en anglais. Des manifestations anti-gouvernementales rassemblant plusieurs milliers de personnes ont en effet eu lieu en Iran la veille, afin de réclamer justice après que Téhéran a reconnu avoir abattu, par erreur, un avion civil ukrainien, en pleine crise avec Washington.

    Lire aussi : «Votre courage nous inspire» : en farsi, Trump tweete son soutien aux manifestants iraniens

  • Comme le rapporte ce 12 janvier l'agence de presse iranienne Tasnim News, l'ambassadeur britannique en Iran Rob Macaire a été «arrêté [puis relâché après] quelques heures» la veille. Il est soupçonné d'avoir appelé à «des actes suspects» lors d'un rassemblement anti-gouvernemental devant l'université Amir Kabir, à Téhéran. De son côté, Rob Macaire nie formellement avoir participé à toute manifestation.

    En savoir plus : Iran: soupçonné d'avoir incité à «des actes radicaux», l'ambassadeur britannique arrêté puis relâché

  • L'Agence européenne de la sécurité aérienne a recommandé aux compagnies aériennes européennes d'éviter de survoler l'Iran «jusqu'à nouvel ordre», à la suite du crash d'un Boeing ukrainien abattu par erreur, qui a fait 176 morts près de Téhéran.

  • Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé avoir demandé au président iranien Hassan Rohani de faire «toute la lumière» sur la catastrophe du Boeing ukrainien abattu par erreur par un missile iranien, lors d'un appel téléphonique ce 11 janvier.

    Le Premier ministre Justin Trudeau a également annoncé qu'une équipe d'enquêteurs canadiens était attendue à Téhéran d'ici quelques heures pour «établir une présence sur le terrain pour soutenir les familles canadiennes».

  • Le président iranien Hassan Rohani a appelé son homologue ukrainien pour lui «présenter ses excuses» et lui promettre de «traduire en justice» les responsables de la catastrophe du Boeing de ligne ukrainien abattu par un missile iranien, selon le service de presse de Volodymyr Zelensky.

  • «L'enquête interne des forces armées a conclu que de manière regrettable des missiles lancés par erreur ont provoqué le crash de l'avion ukrainien», a affirmé le président iranien Hassan Rohani, parlant d'une «grande tragédie» et d'une «erreur impardonnable».

  • Lors d'une conférence de presse avec Vladimir Poutine à Moscou, Angela Merkel affirme que les aveux iraniens sont un «pas important», et qu'une enquête exhaustive s'impose.

  • Le Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié de «premier pas important» l'aveu par l'Iran qu'il a abattu par erreur un avion de ligne ukrainien, faisant 176 morts dont quatre Britanniques. 

    «Nous avons maintenant besoin d'une enquête internationale complète, transparente et indépendante et le rapatriement de ceux qui sont morts», a ajouté le dirigeant conservateur dans un communiqué, précisant que le Royaume-Uni allait collaborer avec ses partenaires internationaux à cette fin. 

  • Après un entretien avec Emmanuel Macron, le président ukrainien Volodymyr Zelensky annonce que des spécialistes français seront chargés d'analyser les boîtes noires du Boeing abattu.

    Hassan Rezaeifar, responsable de l'enquête sur le drame en Iran, avait expliqué auparavant à l'agence Irna que le pays ne possédait pas les technologies nécessaires pour extraire et décoder les informations contenues dans la boîte noire.

    La présidence ukrainienne, citée par l'agence Reuters, ajoute en outre qu'Emmanuel Macron a entamé la procédure nécessaire à l'ouverture d'une enquête internationale sur la tragédie. Il aurait par ailleurs accepté de se rendre à Kiev.

  • L'opérateur de missile qui a abattu le Boeing ukrainien a fait feu sans pouvoir obtenir la confirmation d'un ordre de tir à cause d'un «brouillage» télécom, selon le général iranien Amirali Hajizadeh. Il a ajouté que le soldat avait pris l'avion pour un «missile de croisière» approchant d'un site sensible et avait eu «10 secondes» pour décider.

    «C'était un missile de courte portée qui a explosé près de l'avion. C'est ce qui explique que l'avion a pu [continuer de voler]», a encore déclaré le général dans une déclaration retransmise par la télévision d'Etat.

    «J'endosse la responsabilité totale [de cette catastrophe] et je me plierai à toute décision qui sera prise», a-t-il ajouté.

Découvrir plus

Ce 11 janvier, le président Hassan Rohani a livré les conclusions d'une enquête interne, qui a établi «que malheureusement des missiles tirés en raison d'une erreur humaine ont causé le terrible accident de l'avion [d'Ukrainian Airlines] et provoqué la mort de 176 personnes innocentes».

Les autorités iraniennes qui avaient, dans un premier temps, nié que le Boeing ait été abattu par erreur, ont fait savoir que «le responsable» de cette erreur serait traduit «immédiatement» en justice.

Cette «tragédie», selon les termes du dirigeant iranien, survient quelques jours après l'opération américaine menée en Irak, le 3 janvier, au cours de laquelle le général iranien Qassem Soleimani, alors chef de la force al-Qods (branche des Gardiens de la Révolution chargée des opérations extérieures), ainsi qu'Abou Mehdi al-Mouhandi, le numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-iranienne formée pour lutter contre les djihadistes et désormais intégrée aux forces de sécurité irakiennes, avaient trouvé la mort. En réponse, l’Iran avait tiré plusieurs roquettes sur des bases abritant des soldats américains en Irak tandis que le ton montait, faisant craindre un affrontement généralisé.

Le vol de la compagnie aérienne ukrainienne s'est écrasé le 8 janvier à l'ouest de Téhéran, juste après son décollage. 176 personnes ont perdu la vie parmi lesquels des Irano-Canadiens, des Afghans, des Ukrainiens et des Suédois. Une vidéo d'une vingtaine de secondes, largement diffusée sur les réseaux sociaux, montre ce qui pourrait être le missile lancé heurter l'appareil en plein vol. Le 9 janvier, le Premier ministre canadien avait estimé avoir «des informations de sources multiples» qui «indiquent que l'avion a été abattu par un missile sol-air iranien».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»