Iran: soupçonné d'avoir incité à «des actes radicaux», l'ambassadeur britannique arrêté puis relâché

Iran: soupçonné d'avoir incité à «des actes radicaux», l'ambassadeur britannique arrêté puis relâché© Atta KENARE Source: AFP
Des étudiants iraniens manifestent à Téhéran le 11 janvier devant l'université Amirkabir.

Arrêté puis relâché après quelques heures en Iran, l'ambassadeur Rob Macaire a nié avoir «pris part» à une manifestation. Plusieurs milliers d'étudiants iraniens se sont rassemblés, après que Téhéran a reconnu avoir abattu par erreur un avion civil.

Comme le rapporte ce 12 janvier l'agence de presse iranienne Tasnim News, l'ambassadeur britannique en Iran Rob Macaire a été «arrêté [puis relâché après] quelques heures» la veille. Il est soupçonné d'avoir appelé à «des actes suspects» lors d'un rassemblement anti-gouvernemental devant l'université Amir Kabir, à Téhéran.

L'agence de presse privée a précisé que le diplomate britannique avait été convoqué pour un second interrogatoire le lendemain, afin d'apporter «de plus amples explications».

Selon Tasnim News, Rob Macaire est «accusé d'implication dans la provocation de certains actes radicaux parmi les manifestants».

Lire aussi : «Votre courage nous inspire» : en farsi, Trump tweete son soutien aux manifestants iraniens

L'ambassadeur nie avoir participé à une manifestation

Ce 12 janvier, l'intéressé a pour sa part donné sa version des faits assurant n'avoir «participé à aucune manifestation». «Je suis allé à un événement annoncé comme une veillée pour les victimes de la tragédie du vol PS752. Il est normal de vouloir rendre cet hommage, certaines victimes étaient britanniques. Je suis parti après 5 minutes, quand certains ont commencé à scander [des slogans]», a-t-il poursuivi sur Twitter.

La veille, le Premier secrétaire d'Etat britannique Dominic Raab avait qualifié l'arrestation de Rob Macaire de «violation flagrante du droit international», affirmant pour sa part que l'ambassadeur avait été arrêté «sans motif ou explication» alors qu'il prenait simplement des photos d'un rassemblement pacifique.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Abbas Araghchi a affirmé sur Twitter : «Il n'a pas été détenu, mais arrêté en tant qu'étranger non identifié dans un rassemblement illégal.» Il a précisé que l'ambassadeur avait été relâché au bout d'un quart d'heure, après avoir été identifié.

Plus tôt dans la journée du 11 janvier, plusieurs milliers de personnes avaient afflué vers les universités iraniennes dans le cadre de marches de protestation, après que le président Hassan Rohani avait admis que l'armée iranienne avait abattu accidentellement, le 8 janvier, un avion ukrainien avec à son bord 176 personnes, dont beaucoup d'étudiants iraniens. Les manifestants entendaient dénoncer la responsabilité du gouvernement iranien dans le crash du vol PS752 de la compagnie aérienne Ukrainian Airlines. «Khamenei est un meurtrier», auraient alors scandé certains manifestants.

La tragédie s'est déroulée quelques jours après la frappe américaine en Irak, qui a causé la mort du général Qassem Soleimani, 62 ans, chef de la force Al-Qods.

Une situation de crise causée par «l'aventurisme américain» selon Téhéran

Commentant la tragédie, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif avait déploré : «Une erreur humaine dans une situation de crise causée par l'aventurisme américain a conduit à la catastrophe.»

L'assassinat de Soleimani a immédiatement été revendiqué par le président américain Donald Trump. Figure de proue de la lutte contre Daesh en Irak et proche du général iranien, Abou Mehdi al-Mouhandis a lui aussi été tué dans l'opération militaire américaine. Donald Trump avait ensuite mis en garde Téhéran contre une potentielle riposte, affirmant notamment que Washington avait 52 cibles sur le territoire iranien, parmi lesquelles des sites culturels.

Lire aussi : Donald Trump menace de frapper «52 sites iraniens» de manière «très dure et très rapide»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»