«Nous réduirons Tel-Aviv en poussière» en cas d'attaque américaine, menace un responsable iranien

- Avec AFP

«Nous réduirons Tel-Aviv en poussière» en cas d'attaque américaine, menace un responsable iranien© STR / AFP
Des manifestants brûlent une effigie de Donald Trump aux couleurs du drapeau israélien, lors d'une mobilisation contre Israël, le 8 juin 2018 à Téhéran (image d'illustration).

Un haut responsable iranien a menacé de s'en prendre à Israël et de réduire «en poussière» Tel-Aviv et Haïfa si Washington mettait à exécution les dernières menaces de leur président Donald Trump, qui dit être prêt à frapper 52 sites iraniens.

Israël, victime collatérale de l'escalade des tensions entre l'Iran et les Etats-Unis ? Mohsen Rezaï, ancien commandant en chef des Gardiens de la Révolution et aujourd'hui secrétaire du Conseil de discernement – un poste clé du système politique iranien – a mis en garde Israël contre des représailles armées si le président américain Donald Trump mettait à exécution sa menace de frapper 52 sites iraniens

«Monsieur Trump, vous avez tweeté que vous allez attaquer 52 cibles en Iran ? Vous avez tweeté que vous attaqueriez de nouveau si l'Iran se venge ?», a déclaré Mohsen Rezaï, cité par l'agence iranienne Isna, avant de poursuivre : «Soyez certain que l'Iran réduira [alors] Haïfa et les centres [urbains] israéliens en poussière d'une façon telle qu'Israël serait rayé de la surface du globe.»

Et d'affirmer, sur son compte Twitter : «Si l'Amérique prend la moindre mesure après notre riposte militaire, nous réduirons Tel-Aviv et Haïfa en poussière.»

Les tensions entre Téhéran et Washington connaissent un nouveau regain depuis l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani, tué le 3 janvier par une frappe aérienne américaine à Bagdad. Figure charismatique et populaire en Iran, le général Soleimani était le chef de la Force Qods, unité d'élite des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, et à ce titre l'architecte de la stratégie du pays dans son environnement régional.

L'Iran a promis de le venger, par une action «militaire», mais Donald Trump a annoncé le 4 janvier être prêt à frapper 52 sites en Iran, «très rapidement et très durement» si la République islamique s'en prenait à des intérêts américains. Certains de ces sites iraniens «sont de très haut niveau et très importants pour l'Iran et pour la culture iranienne», a-t-il affirmé sur Twitter, ajoutant : «Les Etats-Unis ne veulent plus de menaces !»

Lire aussi : Le Parlement irakien demande la fin de la «présence des troupes étrangères» dans le pays

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»