En Belgique, trente ans de prison requis contre un Rwandais pour génocide

- Avec AFP

En Belgique, trente ans de prison requis contre un Rwandais pour génocide© John Thys Source: AFP
Fabien Neretsé lors de son procès à Bruxelles, le 4 novembre 2019 (image d'illustration).

Un Rwandais réfugié en Belgique risque actuellement trente ans de prison pour sa participation aux massacres de 1994. Sa condamnation constituerait une première pour la Belgique.

La cour d'assises de Bruxelles a requis une peine de trente ans de prison à l'encontre de Fabien Neretsé, un ancien haut-fonctionnaire rwandais âgé de 71 ans et installé en Belgique. Ce jeudi 19 décembre, le tribunal avait reconnu Fabien Neretsé coupable de «crime de génocide» et de «crimes de guerre». Devant les jurés, le procureur a souligné «la gravité extrême des faits», dénoncé la «volonté d'exterminer l'autre» et le «caractère sans pitié» de l'accusé. Celui-ci clame son innocence.

Un signal envoyé «au reste du monde»

Fabien Neretsé est la première personne a être reconnue coupable de tels crimes par la justice belge. Sa condamnation constituerait une première pour le pays, ancienne puissance coloniale au Rwanda. «Votre signal devra être donné non seulement à [Fabien] Neretsé, mais aussi au reste du monde», a insisté le procureur. «Le signal sera clair. C'est de dire : monsieur, madame, vous ne dormirez jamais tranquille et la Belgique ne sera jamais une terre d'impunité pour les génocidaires et les criminels de guerre.», a-t-il affirmé, ajoutant : «Vous ne serez jamais les bienvenus et on vous traquera jusqu'au bout.»

Le procureur a toutefois déploré «l'absence d'aveux» et «de regrets» de la part de l'accusé qui a, selon lui, «persisté dans la négation de l'Histoire». «Mon client n'avouera jamais parce qu'il est innocent. Un innocent n'avoue pas«, affirme maître Jean Flamme, l'avocat de Fabien Neretsé. Selon lui, une condamnation à trente ans de prison représenterait pour l'accusé «une mort lente, terrible». Celui-ci est toutefois confronté à des témoignages de victimes accablants, ainsi qu'à de nombreuses incohérences dans ses propos.

A la suite de la reconnaissance de la culpabilité de l'accusé, les avocats des parties civiles avaient salué «un arrêt historique». Quatre procès de criminels rwandais avaient déjà eu lieu à Bruxelles en 2001, 2005, 2007 et 2009, sans que la qualification de génocide ne soit jamais retenue.

Entre avril et juillet 1994, des extrémistes rwandais issus de l'ethnie hutu ont commis une série de massacres à grande échelle à l'encontre de l'ethnie tutsie. En quatre mois, ces crimes contre l'humanité causeront la mort de près d'un million de personnes, dont un tiers tuées à la machette.

Lire aussi : Rwanda : 25 ans après le génocide, la France toujours soupçonnée de complicités

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»