Génocide au Rwanda : Macron veut faire du 7 avril une «journée de commémoration»

- Avec AFP

Génocide au Rwanda : Macron veut faire du 7 avril une «journée de commémoration»© PHILIPPE WOJAZER Source: AFP
Le président français Emmanuel Macron rencontre le 5 avril à l'Elysée des représentants de l'association Ibuka, dont l'objectif est de perpétuer la mémoire des victimes du génocide rwandais.

Emmanuel Macron a annoncé vouloir faire du 7 avril «une journée de commémoration du génocide des Tutsi», en ce jour où le Rwanda se remémore, 25 ans après, le massacre d'au moins 800 000 personnes.

«Le président de la République salue le travail de mémoire conduit par les rescapés et a souhaité que la date du 7 avril soit désormais une journée de commémoration du génocide des Tutsi», a écrit l'Elysée dans un communiqué diffusé ce 6 avril. Le chef de l'Etat, qui a envoyé à Kigali un «représentant personnel» pour ces commémorations, le député LREM Hervé Berville, a exprimé sa «solidarité avec le peuple rwandais et sa compassion à l'égard des victimes et de leurs familles».

La veille, Emmanuel Macron avait reçu au palais présidentiel des représentants d'Ibuka France, association de soutien aux victimes et rescapés du génocide. Il avait annoncé la mise en place d'une commission d'historiens et chercheurs afin de faire la lumière sur le rôle controversé de Paris dans cette tragédie et apaiser la relation avec Kigali. Cette commission aura accès à «toutes les archives françaises concernant le Rwanda entre 1990 et 1994».

Les zones d'ombres sur le rôle de Paris avant, pendant et après ce génocide – qui fit selon l'ONU au moins 800 000 morts d'avril à juillet 1994, essentiellement au sein de la minorité tutsi mais aussi parmi les Hutu modérés – restent une source récurrente de polémiques. Parmi les points les plus disputés figurent l'ampleur de l'assistance militaire apportée par la France au gouvernement du président rwandais hutu Juvénal Habyarimana de 1990 à 1994 et les circonstances de l'attentat qui lui coûta la vie le 6 avril 1994, élément déclencheur du génocide.

Par ailleurs, le président français a annoncé un renforcement des moyens judiciaires et policiers pour poursuivre d'éventuels participants au génocide qui se trouveraient en France.

Lire aussi : Les soldats français étaient-ils au courant des massacres commis lors du génocide au Rwanda ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»