Rwanda : 25 ans après le génocide, la France toujours soupçonnée de complicités

- Avec AFP

Rwanda : 25 ans après le génocide, la France toujours soupçonnée de complicités© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Les membres de l'association Survie déploie une banderole portant la mention «1994, génocide des Tutsis de 1994 du Rwanda, complicité française, déni, mensonges et impunité, jusqu'à quand ?», le 4 avril 2019 à Paris (image d'illustration).

Une campagne visant à dénoncer «les complicités françaises» dans le génocide au Rwanda en 1994, a été lancée le 4 avril par l’association Survie. En l'absence d'une déclassification des archives, le rôle joué par Paris à l'époque demeure controversé.

L’association Survie, qui affirme lutter contre «toutes les formes d'intervention néocoloniale en Afrique», publie ce 5 avril un rapport intitulé «Déni et non-dits: 25 ans de mensonges et de silences complices sur la France et le génocide des Tutsis du Rwanda».

La veille, l’association avait lancé à Paris une campagne intitulée «25 ans d'impunité», qui vise à dénoncer «les complicitésfrançaises», selon ses termes, dans le génocide au Rwanda de 1994. Ses membres, dont deux déguisés en facteurs, ont en outre déposé à Paris dans le hall du cabinet de conseil d'Hubert Védrine (l'ancien secrétaire général de la présidence française au moment du génocide) une fausse caisse d'armes, avant d'en être refoulés selon un journaliste de l'AFP. 

«Il est temps que les plus hautes autorités de l'Etat [français] reconnaissent [...] les soutiens diplomatiques, militaires et économiques apportés aux extrémistes hutus avant et pendant le génocide par les autorités civiles et militaires françaises», martèle l'association.

Dans son rapport, Survie réclame notamment la «déclassification et l'accès au public de tous les documents officiels concernant cette politique, y compris les archives de l'Elysée et les archives militaires». Elle préconise également de «faire cesser l'impunité dont jouissent les militaires français au cours des opérations militaires extérieures», de «supprimer le commandement des opérations spéciales (COS)», qualifié de «force discrétionnaire sous commandement de l'Elysée» et «qui a eu un rôle essentiel au Rwanda», accuse l'association. 

Un «groupe de chercheurs» constitué pour examiner les archives 

Dans le même temps, Emmanuel Macron doit dévoiler ce même 5 avril, à quelques jours du 25e anniversaire du déclenchement du génocide (perpétré par le régime extrémiste hutu entre le 7 avril et début juillet 1994), la composition d'un «groupe de chercheurs» chargé d'examiner les archives qui pourront l'être.

«Hubert Védrine a reconnu que la France avait livré des armes à l'armée rwandaise et aux extrémistes hutus après le début du génocide ; c'est vraiment un acte que Survie dénonce, et donc pour interpeller Hubert Védrine, on fait semblant de lui ramener une fausse caisse d'armes pour symboliser les dernières livraisons d'armes françaises», a déclaré sur place à l'AFP le chercheur François Graner. Survie prévoit de poursuivre sa campagne «jusqu'à cet été», avec notamment «un focus sur le rôle de l'opération» militaire à but humanitaire française Turquoise, (23 juin-21 août 1994).

Lire aussi : Génocide rwandais : la Justice française ouvre une information judiciaire contre BNP Paribas

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»