Génocide rwandais : la Justice française ouvre une information judiciaire contre BNP Paribas

Génocide rwandais : la Justice française ouvre une information judiciaire contre BNP Paribas
Illustration ©Stephane Mahe/Reuters

Après une enquête préliminaire, une information judiciaire a été ouverte pour complicité de génocide contre BNP Paribas. La banque est soupçonnée d'avoir financé l'achat d'armes par le gouvernement rwandais malgré un embargo des Nations unies.

La Justice a donné suite à une plainte déposée contre BNP Paribas pour complicité de génocide au Rwanda. Après une enquête préliminaire, une information judiciaire a donc été ouverte ce 25 septembre afin de déterminer le rôle éventuel de la banque dans les massacres interethniques qui ont ensanglanté ce pays d'Afrique centrale en 1994.

Les associations Sherpa, du Collectif des partie civiles pour le Rwanda ainsi qu'Ibuka France ont déposé plainte en juin 2017. Selon ces dernières, le géant bancaire français aurait contribué au financement illégal d'achat d'armes à destination du Rwanda, alors que le pays était ravagé par la guerre civile entre Tutsis et Hutus qui a fait un million de morts.

Selon France Info, le juge d'instruction Alexandre Baillon, du pôle génocide du tribunal de grande instance de Paris, s'intéresse en particulier à un ordre de paiement qui aurait été validé par la BNP Paribas. D'après les associations plaignantes, la banque aurait été la seule à débloquer des fonds en faveur du gouvernement rwandais, en violation du droit international. Les Nations unies avaient alors voté un embargo sur les ventes d'armes au Rwanda.

Lire aussi : Conflit et génocide rwandais : la République française est-elle «totalement compromise» ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.