Gaza : fragile accord de cessez-le-feu après deux jours d'affrontements

Gaza : fragile accord de cessez-le-feu après deux jours d'affrontements© Ibraheem Abu Mustafa Source: Reuters
Un garçon palestinien porte son frère alors qu'il marche sur les ruines d'une maison détruite lors d'une frappe aérienne israélienne dans le sud de la bande de Gaza, le 14 novembre 2019.

Un accord de cessez-le-feu est entré en vigueur dans la bande de Gaza alors que l'armée israélienne procédait depuis deux jours à des frappes aériennes censées viser le groupe Jihad islamique. Elles ont fait 34 morts, dont des enfants.

Après deux jours de combats ayant fait plus d'une trentaine de morts dans l'enclave palestinienne, un fragile accord de cessez-le-feu est entré en vigueur ce 14 novembre au matin dans la bande de Gaza, selon une source égyptienne au fait de la médiation et un haut responsable du Jihad islamique cités par l'AFP.

Cet «accord de cessez-le-feu intervient à la suite des efforts de l'Egypte» et a reçu l'aval «des factions palestiniennes incluant le Jihad islamique», a assuré ce haut responsable égyptien. Selon lui, l'accord stipule que les factions palestiniennes doivent aussi s'assurer de «maintenir la paix» lors des manifestations qui ont lieu depuis mars 2018 près de la frontière avec Israël contre le blocus israélien sur Gaza et pour le retour des réfugiés palestiniens sur leurs terres.

Le ministre israélien de la Défense nouvellement nommé, Naftali Bennett, a déclaré à cet égard que ce n'était «pas fini». «Les nouvelles règles du jeu sont claires : l'armée disposera d'une totale liberté d'action, sans restrictions. Un terroriste qui tente de blesser les civils israéliens ne pourra pas dormir en paix», a-t-il affirmé.

De son côté, Israël doit arrêter ses frappes et «s'assurer d'un cessez-le-feu» lors des manifestations de la Marche du retour, qui ont fait plus de 300 morts et des milliers de blessés dans la bande de Gaza, selon le responsable égyptien.

Les combats entre les deux camps avaient éclaté le 12 novembre à l'aube après l'assassinat ciblé par Israël d'un chef du Jihad islamique dans l'enclave, contrôlé par un autre mouvement islamiste, le Hamas. En réponse, quelque 450 roquettes ont été tirées depuis Gaza sur Israël, selon Tsahal. Interceptées à 90% par le système de défense Iron Dome, elle n'ont fait aucune victime côté israélien.

Une famille décimée

Les autorités israéliennes se félicitent d'avoir «atteint les objectifs de l'opération à Gaza, notamment nuire considérablement au Jihad islamique, détruire des infrastructures et éliminer plus de 20 terroristes», selon un responsable dont les propos ont été rapportés par le quotidien Haaretz.

Des propos qui interviennent quelques heures seulement après une frappe israélienne qui a tué huit membres d'une même famille palestinienne, dont cinq enfants, dans le sud de la bande de Gaza, selon les autorités locales.

«Six citoyens de la famille Abou Malhous, incluant trois enfants et deux femmes, ont été tués dans une frappe israélienne sur leur maison familiale à Deir al-Balah dans le sud de la bande de Gaza», a ainsi annoncé dans la nuit le ministère de la Santé de l'enclave. Au matin, les corps de deux autres enfants ont été retrouvés dans les décombres, selon la même source.

Ces décès portent ainsi à 34 le nombre de morts à Gaza dans des frappes israéliennes depuis le 12 novembre. Cet accès de violences est le plus meurtrier depuis des heurts entre soldats israéliens et Palestiniens ayant fait une soixantaine de morts le 14 mai 2018 à Gaza, jour de l'inauguration à Jérusalem de l'ambassade américaine. Cette décision avait entériné la reconnaissance par les Etats-Unis de cette ville contestée comme capitale d'Israël. 

Contrairement au Jihad islamique, le Hamas avait approuvé il y a plusieurs mois une trêve avec Israël négociée par l'entremise de l'ONU, de l'Egypte et du Qatar, prévoyant notamment l'entrée mensuelle de millions de dollars en aide pour l'enclave palestinienne, où le taux de chômage avoisine les 50%. 

Lire aussi : L’étiquetage des produits issus des «colonies israéliennes» importés dans l'UE validé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»