30 jours de travaux pour un soldat israélien ayant tué par balles un manifestant gazaoui

- Avec AFP

30 jours de travaux pour un soldat israélien ayant tué par balles un manifestant gazaoui© REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa
Des manifestants palestiniens à Gaza en octobre 2019 (image d'illustration).

Un jeune manifestant palestinien de 15 ans avait été tué par balles lors d'un rassemblement dans la bande de Gaza. Un soldat de Tsahal a été reconnu coupable de «mise en danger» pour avoir tiré en sa direction sans autorisations.

L'armée israélienne a fait savoir le 30 octobre que l'un de ses soldats avait été condamné à 30 jours de travaux d'intérêt général pour avoir tiré sans autorisation à la frontière avec Gaza sur un «émeutier palestinien» selon les termes de Tsahal, lors de violentes manifestations. Othman Rami Halles, 15 ans, avait été tué par balles à l'est de la ville de Gaza le 13 juillet 2018 selon le ministère de la Santé de cette enclave palestinienne contrôlée par le Hamas.

L'armée israélienne avait par la suite diligenté une enquête sur les circonstances entourant ce décès. 

L'enquête a conclu que le soldat israélien, dont l'identité n'a pas été révélée, avait «tiré en direction d'un émeutier palestinien qui escaladait la barrière entre Israël et la bande de Gaza» et cela «sans avoir obtenu les autorisations requises de ses supérieurs». 

Le soldat reconnu coupable de «mise en danger»

Le soldat a été reconnu coupable d'avoir «mis en danger» l'émeutier palestinien, sans toutefois avoir causé son décès, l'enquête estimant ne pas être en mesure de conclure à une relation de «cause à effet» directe entre le tir du soldat et la mort du jeune homme.

Dans le cadre d'un accord de plaider-coupable, le soldat a été condamné à 30 jours de travaux d'intérêt général au sein de l'armée assortis de 60 jours supplémentaires avec sursis. Le soldat a par ailleurs été rétrogradé.

Depuis le 30 mars 2018, la bande de Gaza, où vivent environ 2 millions de Palestiniens, est le théâtre d'une mobilisation contre le blocus israélien et pour le droit au retour des Palestiniens sur les terres dont ils ont été chassés ou qu'ils ont fuies à la création d'Israël, en 1948. 

Au moins 311 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis le début du mouvement, la majorité le long de la frontière, et des milliers d'autres ont été blessés. Huit Israéliens ont aussi été tués depuis mars 2018.

Lire aussi : A Gaza, les civils sont les premières victimes du blocus imposé par Israël (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»