A Gaza, les civils sont les premières victimes du blocus imposé par Israël (VIDEO)

A Gaza, les civils sont les premières victimes du blocus imposé par Israël (VIDEO)© MOHAMMED ABED Source: AFP
Des enfants palestiniens jouent dans le camp de réfugiés d'al-Shati dans la bande de Gaza, le 23 juin 2019 (image d'illustration).

Dans la bande de Gaza, les civils souffrent des conséquences du blocus terrestre, maritime et aérien imposé par Israël. L'accès aux soins est difficile et limité. Témoignage d'une famille victime des restrictions.

Malgré les appels répétés de la communauté internationale à y mettre fin, le blocus israélien sur la bande de Gaza se poursuit. Conséquence : la population civile continue d’en subir les lourdes répercussions notamment sur le plan humanitaire.

Le cas de Hiba Swailam en est l’une des nombreuses illustrations. Alors qu’elle était enceinte de triplés, cette Palestinienne de 24 ans a été contrainte de quitter la bande de Gaza pour Israël en raison de l’imminence de son accouchement après sept mois de grossesse. Aucune structure sanitaire de l’enclave ne pouvait en effet l’accueillir, ne proposant pas de traitements appropriés.

Je ne savais pas s’ils allaient vivre et mourir. Je suis rentré chez moi effondrée

Si elle a pu accoucher dans un établissement de Jérusalem, Hiba Swailam a néanmoins été forcée de retourner dans la bande de Gaza car son autorisation de voyage avait expiré. Loin de ses enfants, alors hospitalisés dans un état critique, elle témoigne à RT de son calvaire : «Je leur ai dit [aux autorités] que je voulais au moins rester pour allaiter les bébés et ils ont dit "non". Je n’arrêtais pas de pleurer, ce n’était pas facile pour moi de les quitter. Je ne savais pas s’ils allaient vivre ou mourir. Je suis rentré chez moi effondrée.»

C’est depuis son domicile qu’elle et son mari ont finalement appris que deux de ses enfants avaient tour à tour perdu la vie. Ils ont par la suite dû attendre cinq mois et l’autorisation du Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) – qui gère les autorisations de voyage pour les habitants de Gaza – pour revoir le seul enfant à avoir survécu.

«J’ai beaucoup souffert et enduré une dépression, mais Dieu merci, tout cela a disparu lorsque j’ai vu ma fille», a confié le mari de Hiba, Mohammad. Contacté par RT, le COGAT n’a pour l’heure fourni d'explications au sujet des restrictions imposées à cette famille palestinienne meurtrie. 


Lire aussi : «La Palestine n’est pas à vendre» : le Hamas et l'OLP rejettent le plan de Jared Kushner

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»