Venezuela : y a-t-il eu 18 000 exécutions extrajudiciaires depuis 2016 ?

Venezuela : y a-t-il eu 18 000 exécutions extrajudiciaires depuis 2016 ?© Carlos Garcia Rawlins Source: Reuters
La police arrête un manifestant lors d'un rassemblement contre le président vénézuélien Nicolas Maduro à Caracas, au Venezuela, le 20 mai 2017.

De nombreux médias ont repris une information faisant état de 18 000 exécutions extrajudiciaires au Venezuela depuis 2016. Deux spécialistes ont étudié les sources citées et relevé d'importantes incohérences au niveau de la méthodologie employée.

Un article du Monde, paru le 4 octobre dernier, faisant état de «milliers d’exécutions extrajudiciaires au Venezuela», a fait grand bruit dans les médias francophones. Dans l'introduction à l'article, les lecteurs du quotidien du soir, apprenaient qu'au Venezuela, «près de 18 000 personnes ont ainsi été tuées depuis 2016 selon l’ONU».

Un chiffre tiré des «registres officiels» selon Le Monde. Cetteinformation était déjà parue le 23 septembre dans Courrier international qui cite de son côté, un média d'opposition vénézuélienne runrun.es. Toutes ces informations sont issues d'un rapport de Human Rights Watch du 18 septembre.

Le Monde rappelle notamment dans son article que le 27 septembre, à Genève, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a voté la mise en place d’une «mission internationale pour faire la lumière sur ces exécutions».

Romain Migus, spécialiste du Venezuela et Maurice Lemoine, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique se sont emparés de ce sujet et ont décortiqué ces accusations dans une vidéo, dans laquelle ils émettent de sérieux doutes quant à la fiabilité des sources choisies, et questionnent la cohérence des chiffres avancés dans l'article du Monde

Partout la police «arrête», au Venezuela, la police «enlève»

Ainsi, pour commencer, Romain Migus relève que sur la version papier de l'article du Monde, la photo d'illustration qui l'accompagne – sur laquelle on peut voir un manifestant entre deux policiers à moto – est légendée par cette phrase : «Des policiers enlèvent un jeune homme lors d'une manifestation à San Cristobal [ouest du Venezuela] le 29 mars 2016.»

Venezuela : y a-t-il eu 18 000 exécutions extrajudiciaires depuis 2016 ?© Capture d'écran YouTube
Romain Migus, spécialiste du Venezuela critique un article du Monde.

«Enlèvent ?» s'étouffe Romain Migus. «Partout dans le monde la police arrête, interpelle, mais au Venezuela, elle "enlève"?», pointe-t-il pour RT France.

Il rappelle ensuite ce qui s'est effectivement passé à San Cristobal le 29 mars 2016, jour où la fameuse photo publiée par Le Monde a été prise. Ce jour-là, comme le rapportait la BBC le lendemain des faits, deux policiers vénézuéliens ont été tués après que des participants aux manifestations de l'opposition ont détourné une douzaine de bus publics, et foncé sur les barrages de police. Une scène impressionnante dans laquelle on voit le bus arriver à toute allure et foncer et renverser les agents de police, est d'ailleurs visible dans la vidéo de Romain Migus à 04:40.

Des sources aux financements douteux

Pour étayer ses informations selon lesquelles 18 000 personnes auraient été assassinées de manière arbitraire par la police vénézuélienne, Marie Delcas, la journaliste à l'origine de l'article du Monde, s'appuie sur Human Rights Watch (HRW) mais aussi sur d'autres ONG comme l'association Mi convive ou Provea, dont le coordinateur général Rafael Uzcategui est cité dans l'article. 

Le problème qui se pose à nous défenseurs des droits de l'Homme, c'est qu'à la fois on doit continuer à défendre cette juste cause mais on ne peut en aucun cas cautionner [sa] manipulation

Provea est une organisation qui dispose de multiples fonds provenant des Etats-Unis, comme la NED dont le financement est voté par le Congrès américain et qui fait partie du budget du ministère des Affaires étrangères consacré à l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID). Les financements de Provea proviennent également d'organismes liés au Canada, à l'Union européenne et à la Grande Bretagne.

L'impartialité de ces sources financées par ces gouvernements, Washington en tête, largement hostiles au pouvoir vénézuélien, pose donc question. Mêmes doutes concernant l'objectivité de Human Rights Watch qui a reçu 100 millions de dollars du milliardaire controversé George Soros.

Quant à Nelson Bocaranda, le fondateur de Runrun, le média d'opposition également cité dans l'article du Monde et celui de Courrier international, il a récemment été accusé par Samuel Moncada, l'ambassadeur du Venezuela à l'ONU, d'avoir travaillé pour le MI6, les services de renseignement britanniques pendant la guerre des Malouines et d'avoir collaboré avec la CIA. L'ambassadeur a ainsi publié des documents déclassifiés dans lesquels le nom de ce journaliste apparaît.

Devant ce conflit d'intérêts des sources de l'information divulguée, «le problème qui se pose à nous défenseurs des droits de l'Homme, c'est qu'à la fois on doit continuer à défendre cette juste cause mais on ne peut en aucun cas cautionner [sa] manipulation et [son] instrumentalisation pour attaquer des gouvernements de manière aussi brutale et aussi absurde», déplore Maurice Lemoine, auteur de plusieurs livres sur l'Amérique latine.

Nous allons approuver une loi qui sanctionnera sévèrement les ONG et les personnes qui reçoivent de l'argent de l'impérialisme pour conspirer contre notre pays

A cet égard, le 14 août, le président de l'Assemblée constituante et numéro deux du gouvernement vénézuélien, Diosdado Cabello, a menacé, lors d'une déclaration télévisée, de faire voter une loi interdisant aux ONG les financements étrangers.

«Le commandant Chavez le réclamait : nous allons nous exécuter et approuver une loi qui sanctionnera sévèrement les ONG et les personnes qui reçoivent de l'argent de l'impérialisme pour conspirer contre notre pays», avait déclaré Diosdado Cabello à la chaîne de télévision publique VTV. Une annonce qui a vivement fait réagir la Haut-Commissaire aux droits de l'Homme. «Cette loi, si elle est approuvée et appliquée, réduira encore plus l'espace démocratique», a déclaré Michelle Bachelet, devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève.

Si elle n'a pas avancé pas de chiffre, Michelle Bachelet dénonçait déjà début juillet le nombre «extrêmement élevé» d'exécutions extrajudiciaires présumées au Venezuela dans un rapport aussitôt dénoncé par le gouvernement de Nicolas Maduro comme étant truffé d'«erreurs» et d'«imprécisions».

Des incohérences dans les chiffres

A propos du chiffre impressionnant de 18 000 exécutions commises par les Forces d'action spéciales vénézuéliennes (FAES), célèbres pour leur brutalité du reste, l'article du Monde comme celui de Courrier international s'appuient sur les informations fournies par Mi Convive et Runrun. Or, comme le relève Maurice Lemoine, les mêmes organisations font état sur leur site internet commun de 373 personnes assassinées en 2018. «Comment on peut passer de 373 en un an à 18 000 en quatre ans ?», s'interroge le journaliste.

Durant l'été, la Commission des droits de l'Homme de l'ONU a publié un rapport sur le Venezuela dans lequel elle fait état de 5287 victimes d'«assassinats» en 2018. Les informations analysées par cette commission concluent que «beaucoup» de ces morts «pourraient constituer des exécutions extrajudiciaires». Des allégations balayées par Maurice Lemoine qui estime que ce sont des approximations et relève que malgré cela, on est loin des 18 000 exécutions «selon l'ONU», mentionnées par Le Monde.

Huit [cas] ont fait l’objet d’un examen approfondi

Dans le même temps, Amnesty international a publié un rapport le 15 mai qui avance, pour sa part, au moins «8 000 exécutions extrajudiciaires» commises par les forces de sécurité entre 2015 et 2017, «dont huit ont fait l’objet d’un examen approfondi». A partir de l'étude de ces huit cas d'exécutions extrajudiciaires dans un pays où la délinquance fait des ravages, Amnesty international conclut que ces informations lui ont permis d’établir la nature «systématique et généralisée des événements de janvier 2019 contre la population civile», période pendant laquelle des manifestations importantes ont eu lieu contre le gouvernement de Nicolas Maduro.

Huit cas étudiés donc pour avancer le chiffres de 8 000 du côté d'Amnesty international. On ne trouve pas beaucoup mieux dans le rapport de Human Rights Watch qui est la source du chiffre de 18 000 morts. Pour établir cette information, l'ONG explique qu'en juin et juillet 2019, elle a interrogé des témoins ou des membres de la famille de... «neuf victimes de violations commises par le FAES à Caracas et dans un Etat de l'intérieur, ainsi que d'avocats, de militants et de journalistes couvrant les meurtres présumés perpétrés par l'unité». On peut ainsi légitimement se demander si neuf cas étudiés, ce n'est pas un peu maigre pour conclure à 18 000 assassinats ?

Les FAES doivent-elles être démantelées ?

La situation des droits de l'Homme au Venezuela a fait l'objet de vives critiques de Michelle Bachelet qui a récemment demandé à Caracas, jusqu'à présent sans succès, de démanteler les Forces d'actions spéciales (FAES), ce corps d'élite de la police nationale créé en 2017, accusé par l'ONU de mener les exécutions extrajudiciaires.

De noir vêtus, surentraînés et surarmés, ses agents sont, en effet, particulièrement redoutés par les Vénézuéliens. Début août, le département d'Etat américain a annoncé avoir sanctionné l'ancien commandant des FAES, Rafael Enrique Bastardo Mendoza, et chef de la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM), Ivan Rafael Hernandez Dala, interdisant aux deux hommes d'entrer aux Etats-Unis.

Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo avait déclaré que les institutions gérées par Bastardo et Hernandez «avaient été impliquées dans des violations des droits de l'Homme, ainsi que pour la répression de la société civile et de l'opposition vénézuéliennes».

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a immédiatement réagi invitant Pompeo à balayer devant sa porte et à se tourner d'abord vers les États-Unis en matière de violations des droits de l'Homme. «Le Venezuela ne maintient pas Guantanamo, Abou Ghraib ou des centres de torture clandestins dans le monde, ni ne bombarde des civils», a déclaré le chef de la diplomatie vénézuélienne sur Twitter.

Le Haut-Commissariat de l'ONU a annoncé, le 24 septembre, avoir signé un accord avec le Venezuela visant à accroître leur coopération en matière de droits de l'Homme, avec notamment pour objectif d'ouvrir un bureau permanent sur place.

Le Venezuela accepte ainsi par cet accord la «présence continue» de deux responsables du Haut-Commissariat, et promet d'autoriser les experts de l'ONU à accéder aux centres de détention et à circuler librement dans tout le pays.

Toutes ces accusations de violation des droits humains n'ont toutefois pas empêché le Venezuela d'obtenir, le 17 octobre, un siège au Conseil des droits de l'Homme (CDH) de... l'ONU pour la période 2020-2022, lors d'une élection organisée par l'Assemblée générale des Nations unies au grand dam des ONG citées plus haut.

Meriem Laribi

Lire aussi : Le Venezuela est-il sur le point de céder PDVSA au russe Rosneft comme le prétendent des médias ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»