Des négociations entre Damas et les Kurdes ont eu lieu sur la base russe de Hmeimim

Des négociations entre Damas et les Kurdes ont eu lieu sur la base russe de Hmeimim© Mikhail Klimentyev Source: Sputnik
Les militaires russes sur la base base aérienne de Hmeimim avant l'arrivée du président russe Vladimir Poutine, le 11 décembre 2017 (image d'illustration).

Dans le contexte de l’opération turque en Syrie, Damas a déclaré avoir conclu un accord avec les Kurdes afin de faire face à la Turquie. La Russie a annoncé que des négociations entre Damas et les Kurdes ont eu lieu sur la base russe de Hmeimim.

Alors que le 9 octobre, le président turc Recep Tayyip Erdogan annonçait le début d'une nouvelle opération militaire contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) soutenue par les pays occidentaux – mais bête noire d'Ankara – Damas entretenait des entretiens avec les Kurdes sur la base russe de Hmeimim. Cette information a été confirmée le 15 octobre par le représentant spécial du président russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev, dont les paroles ont été citées par l’agence russe TASS.

«Des négociations entre les Kurdes et le gouvernement central [de la Syrie] ont eu lieu à Hmeimim», a confirmé Alexandre Lavrentiev, sans donner davantage de détails. Il a toutefois ajouté qu’il «ne connaissait pas encore les résultats concrets de ces négociations».

Le 13 octobre, Ahmed Souleiman, haut responsable du Parti progressiste démocratique kurde en Syrie, a été le premier à déclarer à Reuters que ces négociations se sont tenues sur la base russe de Hmeimim, dans la province de Lattaquié.

Alexandre Lavrentiev a, de son côté, noté que l’opération de la Turquie a poussé les Kurdes à négocier avec les autorités syriennes.

«Une opération militaire en Syrie est inacceptable»

Alexandre Lavrentiev a répondu par la négative à la question des journalistes qui s'interrogeaient sur l'existence d'un accord entre la Russie et la Turquie concernant cette opération.

Non. Nous avons toujours appelé la Turquie à la retenue, nous avons toujours pensé qu'une opération militaire en Syrie était inacceptable.

Le représentant spécial russe a a également déclaré ce 15 octobre que la Russie ne permettrait pas des affrontements entre les armées turque et syrienne. «Je pense non seulement que des affrontements [turco-syriens] ne sont dans l'intérêt de personne mais en plus qu'ils seraient inacceptables. Et c'est pourquoi, bien entendu, nous ne laisserons pas [les choses] en arriver là», a affirmé Alexandre Lavrentiev, cité par l'agence publique TASS depuis Abou Dhabi, où le président russe Vladimir Poutine est en déplacement.

Lire aussi: L'armée syrienne rejoint les Kurdes dans le nord du pays, face à l'offensive turque

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»