Syrie : Ankara et les forces kurdes s'accusent mutuellement de violer le cessez-le-feu temporaire

Syrie : Ankara et les forces kurdes s'accusent mutuellement de violer le cessez-le-feu temporaire© STRINGER Source: Reuters
en continu
Un convoi militaire turc près de la frontière turco-syrienne, le 9 octobre.

Ankara poursuit son opération militaire contre la milice kurde en Syrie des YPG. Lâchée par son allié américain, celle-ci a conclu un accord avec Damas pour que les forces syriennes soient déployées dans la zone.

Mise à jour automatique
  • Le président Recep Tayyip Erdogan a accusé lundi les pays occidentaux de s'être rangés «aux côtés des terroristes» contre la Turquie en critiquant l'offensive lancée par Ankara contre les forces kurdes en Syrie.

    «Vous arrivez à y croire ? Tout l'Occident s'est rangé aux côtés des terroristes et ils nous ont attaqués tous ensemble. Parmi eux, les pays de l'Otan et les pays de l'Union européenne. Tous», a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours à Istanbul.

  • Un convoi transportant des blessés et des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), dominée par les Kurdes, a quitté la ville de Ras al-Aïn, dans le nord syrien, assiégée par les forces turques et leurs supplétifs, selon un correspondant de l'AFP sur place.

    Le convoi composé de plus de 50 véhicules, dont des ambulances, a quitté l'hôpital de la ville qui fait office de ligne de démarcation entre les belligérants. Des flammes s'élevaient de l'hôpital après le départ du convoi.

  • Les forces américaines se sont retirées ce 20 octobre de leur plus grande base dans le nord de la Syrie, dans le cadre du retrait d'environ 1 000 soldats de cette région annoncé par Washington, selon un correspondant de l'AFP sur place.  

    Plus de 70 véhicules blindés arborant un drapeau américain transportant du matériel militaire et escortés par des hélicoptères ont traversé la route internationale en passant par la ville de Tal Tamr, a constaté le correspondant de l'AFP.  

  • Selon le ministère turc de la Défense, un soldat turc a été tué et un autre blessé dans une attaque le 20 octobre par des forces kurdes syriennes malgré une trêve entre les deux parties négociée par les Etats-Unis.

    «L'un de nos héroïques camarades est tombé en martyre et un autre a été blessé dans une attaque aux armes légères et antichars perpétrée par des terroristes lors d'une mission de reconnaissance et de surveillance» dans la zone de Tal Abyad, a indiqué le ministère de la Défense, en précisant que l'armée avait riposté pour se défendre.

    Les forces kurdes et Ankara se sont mutuellement accusées la veille de violer cette trêve dans le nord-est de la Syrie, le président turc Recep Tayyip Erdogan menaçant d'«écraser les têtes» des combattants kurdes, à trois jours de l'expiration du délai pour leur retrait.

  • Dans son interview donnée à l’agence de presse russe Interfax et publiée le 18 octobre, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que la Russie aiderait la Turquie et la Syrie à établir des contacts.

    Selon Sergueï Lavrov, la Russie reconnaît «l’existence d’inquiétudes légitimes de la part de la Turquie et suggère leur règlement dans le cadre d’accords entre les parties intéressées». La Russie tentera de faire fonctionner l'accord d'Adana de 1998. Le traité d'Adana, conclu entre la Turquie et la Syrie en 1998, avait pour objectif à engager les autorités syriennes à lutter contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sur le territoire syrien.

    «À cette fin, nous aiderons à établir entre les parties de cet accord les contacts qui n’existent pas encore. Nous feront en sorte que la question kurde, dans le cadre de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de la Syrie, soit résolue par la voie du dialogue entre les dirigeants kurdes et les autorités légitimes à Damas», a expliqué le chef de la diplomatie russe.

    Sergueï Lavrov a ensuite ajouté que «cela devrait mener à un rétablissement complet de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Syrie dans le cadre desquelles vivront les Kurdes et les autres groupes ethno-confessionnels de la Syrie». «Cela sera réglé de manière à ce que la Turquie ressente la sécurité à ses frontières», a ajouté le ministre Lavrov.

  • Emmanuel Macron a annoncé ce 18 octobre une «initiative commune» avec Angela Merkel et Boris Johnson pour rencontrer «prochainement» le président turc Recep Tayyip Erdogan à propos de l'offensive de la Turquie dans le nord-est de la Syrie.

    A l'issue d'un sommet européen à Bruxelles, le président français a précisé qu'il prévoyait avec la chancelière allemande et le Premier ministre britannique de «voir» dans «les prochaines semaines» le président Erdogan, «sans doute à Londres».

  • Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé ce 18 octobre que l'offensive dans le nord-est de la Syrie reprendrait dès le 22 octobre si les forces kurdes ne se retirent pas de ce secteur comme prévu dans l'accord de trêve.

    «Si les promesses sont respectées d'ici mardi soir, la question de la zone de sécurité aura été résolue. Faute de quoi, l'opération Source de Paix reprendra dès que le délai de 120 heures expirera», a déclaré le dirigeant turc lors d'une conférence de presse, se référant à la suspension de l'offensive pour cinq jours aux termes d'un accord conclu le 17 octobre avec le vice-président américain Mike Pence.

  • Des bombardements aériens et des tirs d'artillerie de la Turquie ont visé ce 18 octobre des positions des forces kurdes et des civils dans le nord de la Syrie, en «violation» du cessez-le-feu, a estimé un porte-parole des forces kurdes Mustafa Bali.

    La veille, les Etats-Unis ont annoncé avoir obtenu une suspension pendant cinq jours de l'offensive turque contre une milice kurde syrienne lancée le 9 octobre dans le nord de la Syrie, frontalier de la Turquie. Les forces kurdes avaient dit être prêtes à respecter la trêve.

  • Dans une série de tweets, le président des Etats-Unis Donald Trump s'est félicité de l'annonce du cessez-le-feu temporaire de la Turquie. «Des millions de vies vont être sauvées !», s'est-il notamment exclamé. 

  • A l'issue de sa rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, le vice-président américain Mike Pence a annoncé que la Turquie suspendrait son offensive dans le nord de la Syrie pendant cinq jours et mettrait fin à son offensive en Syrie après un retrait des forces kurdes. 

Découvrir plus

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé ce 9 octobre le début d'une nouvelle opération militaire contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) soutenue par les pays occidentaux, mais bête noire d'Ankara.

«Les Forces armées turques et l'Armée nationale syrienne [des rebelles syriens soutenus par Ankara] ont débuté l'opération "Source de paix" dans le nord de la Syrie», a déclaré le chef d'Etat sur Twitter. «Notre mission est d'empêcher la création d'un couloir terroriste via notre frontière sud et rétablir la paix dans la région», a-t-il fait valoir.

Lors d'un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine ce 9 octobre, le président turc Recep Erdogan avait assuré qu'une offensive turque dans le nord de la Syrie contribuerait à apporter «la paix et la stabilité» dans le pays, laissant ainsi peu de doute quant à ses intentions.

Lire aussi : Syrie : Washington laisse place à une intervention militaire turque dans le nord du pays

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»