Vladimir Poutine et d’autres chefs d’Etat prennent la parole lors de la réunion du Club Valdaï

Suivez RT France surTelegram

Le président russe participe à Sotchi à la 16e réunion annuelle du club Valdaï aux côtés du président azerbaïdjanais Ilham Aliev, du roi de Jordanie Abdallah II, du président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev et du président philippin Rodrigo Duterte.

Mise à jour automatique
  • «Qui est le président de la France, moi ou Macron ? Qu'il mette de l'ordre. À quoi bon me poser cette question ?», a ironisé Vladimir Poutine, interrogé sur les propos d'Emmanuel Macron, qui subirait le frein de l'«Etat profond» dans sa volonté de se rapprocher de la Russie. 

    «Il faut mettre au sein de l'administration des gens qui ont les mêmes idées», a-t-il conclut sur la question non sans préciser qu'il n'avait pas entendu la déclaration d'Emmanuel Macron à laquelle faisait référence son interlocuteur. 

  • «Effectivement nous avons ratifié les accords de Paris et nous allons les respecter», a assuré Vladimir Poutine, interrogé sur cette question. Le chef d'Etat a déclaré que des engagements avaient été pris pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et protéger l'environnement. 

  • «Nous ne devons pas présenter notre plus proche voisin, le peuple frère, sous un mauvais jour», a estimé Vladimir Poutine alors qu'il était interrogé par un journaliste reprochant à certaines chaînes de télévision publiques russe de moquer citoyens ukrainiens. 

    Le président russe a en outre rappelé que les médias, y compris publics, avaient des rédactions indépendantes du pouvoir. 

    Vladimir Poutine a par ailleurs souhaité que le président Volodymyr Zelensky puisse  prouver son «courage politique» en amorçant une sortie de la crise ukrainienne et en résistant «à ceux qui s'y opposent». 

  • Vladimir Poutine estime que la tension avec les Etats-Unis «ne s'est pas réduite, elle s'est dégradée», avec la sortie américaine du traité FNI. Il a par ailleurs soupçonné l'administration Trump d'avoir mûri de longue date cette rupture en raison des essais militaires accomplis immédiatement après. 

  • Rodrigo Duterte a défendu sa politique brutale de lutte contre la drogue. 

    «Y a-t-il un inconvénient dans le fait que le président dise "Ne détruisez pas mon pays sinon je vous tuerai" ? Oui je l'ai dit à la police, aux forces armées», a-t-il déclaré en réitérant son appel aux forces de l'ordre à détruire le trafic de drogue. 

    Il a déclaré qu'il endossait «toute la responsabilité» de la lutte contre la drogue. «S'il faut pendre quelqu'un» pour avoir ordonné des homicides de dealers, «moi-même je peux passer mon cou dans la corde», a déclaré le président philippin en précisant qu'il verrait cela comme un «honneur».

    «Eux ils ne pensent qu'au droit des criminels, des trafiquants», a-t-il lancé à l'encontre de ses détracteurs, en assurant qu'il protégeait le peuple philippin. 

  • «Ce qu'on observe c'est une sorte de troisième guerre mondiale [contre le terrorisme islamiste]», a déclaré le roi Abdallah II de Jordanie, selon lequel il faudra «une dizaine d'années» pour surmonter ce problème. 

  • «Je ne suis pas contre les Etats-Unis [allié des Philippines], ou l'Occident en tant que tel», a déclaré Rodrigo Duterte après les avoir accusés de duplicité en raison du fossé qui sépare ce qu'ils exigent des pays moins développés et la façon dont ils se comportent eux-mêmes à l'international. 

    Il a appelé à respecter le principe de souveraineté et de non-ingérence dans les affaires des Etats souverains, «sinon cet ordre mondial va tomber en miettes». 

  • Le président philippin Rodrigo Duterte a qualifié le président Vladimir Poutine de «partenaire très stable» dans les discussions entre les Philippines et la Russie. 

    Il a par ailleurs déclaré que la pax americana, l'ordre mondial centré autour des Etats-Unis après la Seconde Guerre mondiale, était en train de s'effondrer. Il a dénoncé les «soi-disant amis» qui «commencent à se comporter comme des menteurs» et imposent au monde des conditions économiques et sociales qui favorisent leurs interêts au détriment de certains pays.

    Il a ainsi cité en exemple les accords de Paris ou la question des droits de l'homme, «constamment utilisés comme un moyen de pression». 

  • Le président de la République d'Azerbaïdjan Ilham Aliev a profité de son passage à la tribune pour revenir assez longuement sur le bras de fer qui oppose depuis des années son pays à l'Arménie sur la question de la région disputée du Haut-Karabagh. 

  • Le président russe Vladimir Poutine a remercié son homologue Donald Trump pour ses efforts de conciliation avec la Corée du Nord, contrairement à ses prédécesseurs «qui pendant des décennies ont ignoré» ce pays. 

    «Monsieur Trump a pu faire un pas historique», a-t-il déclaré à propos de celui qui a été le premier président américain en exercice de l'histoire à entrer en République populaire démocratique de Corée en juin dernier. 

Découvrir plus

«Highly likely» : la blague de Vladimir Poutine sur «l’ingérence russe» dans les élections aux USA

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix