Bill Clinton souligne le rôle de Jacques Chirac dans le dialogue entre Occident et Russie

Bill Clinton souligne le rôle de Jacques Chirac dans le dialogue entre Occident et Russie© Martin BUREAU Source: AFP
L'ancien président américain Bill Clinton arrive le 30 septembre 2019 à l'église Saint-Sulpice, à Paris, pour rendre hommage à l'ancien président français Jacques Chirac.
Suivez RT France surTelegram

Présent à Paris pour assister aux obsèques de Jacques Chirac, Bill Clinton s'est montré élogieux vis-à-vis de son ancien homologue. Devant les journalistes, il a notamment rappelé le rôle actif de ce dernier dans l’intégration de la Russie au G7.

Aux côtés des dizaines de chefs d’Etat et de gouvernement présents à Paris ce 30 septembre pour assister aux obsèques de Jacques Chirac, figuraient d’anciens dirigeants, qui étaient aux responsabilités lors de la mandature de l'ex-maire de Paris. C’est le cas de Bill Clinton, dont la présence remarquée a quelque peu éclipsé la présence de l’unique représentant officiel des Etats-Unis, l’ambassadrice Jamie McCourt.

Alors qu’il était attendu à l’Elysée pour participer à un déjeuner placé sous le souvenir de Jacques Chirac, l'ancien président américain est revenu devant les journalistes sur les excellentes relations qu'il entretenait avec son homologue français : «Je me souviens que c’était un président incroyable. On a passé des moments ensemble que je n’oublierai pas. Notre relation était très personnelle et n’avait pas grand-chose à voir avec la politique.»

C’était un grand partisan de l’élargissement du G7 pour inclure la Russie quand Boris Eltsine était président

Poursuivant son propos, l’ancien locataire de la Maison Blanche a souligné le rôle actif de Jacques Chirac dans le renforcement du dialogue entre les pays occidentaux et la Russie. Il a rappelé que Jacques Chirac était très favorable à l’intégration de la Russie au groupe du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) : «C’était un grand partisan de l’élargissement du G7 pour inclure la Russie quand Boris Eltsine était président.» Un élément notable de la politique étrangère française de l'époque qui n'a pas été relevé par la presse hexagonale selon Bill Clinton.

De fait, la Russie intègre en 1997 le G7, qui devient donc le G8.

Mais 17 ans plus tard, en mars 2014, les autres membres du G8 décident d'exclure Moscou de leurs sommets réguliers, dans la foulée du rattachement de la Crimée à la Russie. Le G8 redevient donc G7.

Si le dossier criméen demeure un point sensible des relations Occident-Russie, notamment à travers la mise en place de sanctions et de mesures de rétorsion ciblant Moscou, la question de son retour au sein d'un potentiel nouveau G8 a récemment refait surface. Le président américain Donald Trump a, le 20 août dernier, plaidé pour un retour du plus vaste pays du monde au sein du club. Et début septembre, le chef d'Etat russe Vladimir Poutine se déclarait prêt à en accueillir les membres du G7 dans son pays s'ils acceptaient de le réintégrer parmi eux. Tout en ajoutant : «Mais je pense que tout le monde comprend aujourd'hui [...] que le leadership de l'Occident touche à sa fin. Je ne peux pas imaginer une organisation internationale efficace qui fonctionne sans l'Inde et la Chine.»

Lire aussi : Hommage à Jacques Chirac : quand les Etats-Unis se contentent du service minimum

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix