Les Houthis revendiquent l’attaque d’installations pétrolières en Arabie saoudite

Les Houthis revendiquent l’attaque d’installations pétrolières en Arabie saoudite© Stringer Source: Reuters
images
De la fumée s'échappe des installations Aramco situées à Abqaiq, le 14 septembre 2019, en Arabie saoudite.
Suivez RT France surTelegram

Les rebelles houthis ont annoncé dans un communiqué qu'ils étaient à l'origine des attaques au drone menées ce 14 septembre contre deux installations pétrolière d'Aramco en Arabie saoudite. C'est la troisième action du même type ces derniers mois.

Les rebelles yéménites ont revendiqué, ce 14 septembre, les attaques contre deux sites pétroliers appartenant à Aramco, la compagnie nationale saoudienne d’hydrocarbures. C’est la troisième attaque revendiquée depuis le mois de mai contre la compagnie nationale saoudienne. «A 4h heure locale, les équipes de sécurité d'Aramco sont intervenues pour éteindre des incendies dans deux installations visées par des drones» à Abqaiq et Khurais, a rapporté le ministère saoudien de l’Intérieur dans un communiqué relayé par l’agence officielle SPA. «Les deux incendies ont été maîtrisés», a-t-il ajouté sans préciser s’il y avait eu des victimes ou un arrêt partiel de l’activité.

Dans un communiqué repris par leur chaîne de télévision Al-Massirah, les Houthis ont de leur côté fait savoir qu’ils avaient mené une «opération d'envergure contre des raffineries à Abqaiq et Khurais». De nombreuses vidéos mises en ligne sur les réseaux sociaux montrent les deux sites en proie aux flammes.

L'émissaire de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths s'est pour sa part dit «extrêmement inquiet à propos des attaques de drone [...] ce jour contre deux installations pétrolières majeures dans le royaume d'Arabie saoudite». Il a jugé «la récente escalade militaire extrêmement inquiétante».

Abqaiq, situé à 60 kilomètres au sud-ouest de Dahran, principal siège du géant pétrolier, abrite la plus grande usine de traitement du pétrole d'Aramco, selon son site internet. Khurais, à 250 kilomètres de Dahran, est lui l’un des plus grands champs pétroliers du royaume et prépare actuellement son entrée en bourse, initialement prévue pour 2018 mais qui a dû être repoussée en raison de la chute des cours de l’or noir sur les marchés.

Le 17 août dernier, les Houthis avaient revendiqué l’attaque «la plus massive jamais lancée en Arabie saoudite» effectuée à l’aide d’une dizaine de drones. Le champ de Shaybah était visé mais l’opération n’avait provoqué qu’un incendie «limité» sur une installation gazière d’après Aramco. Aucun blessé n’avait été à déplorer. Déjà le 14 mai, les rebelles yéménites avaient revendiqué une attaque au drone contre deux stations de pompage et un oléoduc reliant l’est et l’ouest de la monarchie wahhabite. L’oléoduc avait alors dû cesser temporairement son activité.

Le conflit au Yémen, où l'Arabie saoudite mène une coalition militaire régionale depuis 2015, a fait des dizaines de milliers de morts, et trois millions de déplacés, d'après les Nations unies. Il s'agit de «la pire catastrophe humanitaire actuelle» selon l'ONU. Récemment, des lignes de fractures sont apparues au sein même de la coalition, après la prise du palais présidentiel à Aden par le 10 août par des séparatistes soutenus par les Emirats arabes unis, au détriment du gouvernement appuyé par Riyad.

Lire aussi : Yémen : Riyad affaiblie, Washington veut trouver une solution politique avec les rebelles houthis

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix