«Commencez par tuer les Blancs»: la LDNA a-t-elle lancé un appel au crime racial en Afrique du Sud ?

«Commencez par tuer les Blancs»: la LDNA a-t-elle lancé un appel au crime racial en Afrique du Sud ?© SIPHIWE SIBEKO Source: Reuters
Des violences ont récemment éclaté en Afrique du Sud, ici à Johannesburg le 5 septembre (image d'illustration).

Le collectif communautariste de La Ligue de défense noire africaine s'est exprimé devant l'ambassade d'Afrique du Sud à Paris. L'un des intervenants a appelé à tuer «des Blancs, des Chinois et des Indiens» en Afrique du Sud.

Le mouvement controversé et communautariste de La Ligue de défense noire africaine (LDNA) a tenu des propos racistes lors de sa mobilisation devant l'ambassade d'Afrique du sud à Paris le 6 septembre. Se mobilisant à l'origine contre «la xénophobie» en Afrique du Sud, l'un des intervenants a dérapé en appelant aux meurtres des «Blancs», des «Chinois» et des «Indiens» : «La xénophobie doit s'arrêter. Si vous voulez être xénophobe, d'accord. Commencez par tuer les Blancs, commencez par tuer les Chinois, commencez par tuer les Indiens. Ne tuez pas vos frères […] nous avons la même couleur [de peau].»

Un discours qui a été applaudi par les sympathisants de la LDNA présents sur place. L'Organisation de Lutte contre le racisme anti-blanc (OLRA) s'est scandalisée sur les réseaux sociaux : «Des sympathisants de la LDNA appellent à tuer les Blancs et les Asiatiques en Afrique du Sud. Nous condamnons fermement cet appel au meurtre et au génocide. Nous demandons l’intervention immédiate de l’Etat pour faire cesser les activités de ce groupement de haine.»

L'Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, attire des millions d'immigrés africains à la recherche d'une vie meilleure. Mais le pays se débat avec un fort taux de chômage (29%) et d'énormes disparités sociales et économiques, qui alimentent régulièrement un sentiment xénophobe dans la nation «arc-en-ciel» rêvée par l'ancien président Nelson Mandela. 

Au moins 10 personnes, dont un ressortissant étranger, ont été tuées dans les violences cette semaine en Afrique du Sud, a d'ailleurs annoncé le 5 septembre le président sud-africain Cyril Ramaphosa, au moment où s'apaisent les tensions avec le Nigeria qui s'est engagé à coopérer avec Pretoria. En effet, depuis le 1er septembre au soir, des dizaines de commerces, appartenant principalement à des migrants venus d'autres pays africains, dont des Nigérians, ont été vandalisés et brûlés dans la région de Johannesburg, la principale ville du pays, et dans la capitale Pretoria. Plus de 400 personnes ont été interpellées.

La LDNA s'est en outre fait remarquer le 5 septembre pour avoir été à l'origine d'une joute verbale et vraisemblablement physique opposant le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany et des membres du collectif.

Lire aussi : «Le pays de Jeanne d'Arc est responsable» : des activistes de la LDNA dénoncent le chaos en Libye

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»