Le pouvoir vénézuélien boycotte les négociations avec l’opposition après les sanctions américaines

Le pouvoir vénézuélien boycotte les négociations avec l’opposition après les sanctions américaines© Francisco Batista Source: AFP
Nicolas Maduro, le 7 août 2019, au Panthéon national de Caracas, au Venezuela (image d'illustration).

Après le gel des avoirs du gouvernement vénézuélien, Nicolas Maduro a annoncé que sa délégation ne se rendrait pas à la Barbade pour négocier avec l'opposition. Il estime que les conditions d'une bonne tenue de la rencontre ne sont pas garanties.

Après les nouvelles sanctions prises par les Etats-Unis contre le Venezuela, le président Nicolas Maduro a annoncé, sur Twitter, que Caracas ne se rendrait pas à la Barbade ces 8 et 9 août pour discuter avec l’opposition menée par Juan Guaido. «Après avoir évalué le scénario de l'agression impériale contre notre pays et constaté la position scandaleuse de l'opposition vénézuélienne, j'ai décidé de ne pas envoyer la délégation vénézuélienne à la table des négociations à la Barbade», a expliqué le successeur d’Hugo Chavez sur le réseau social ce 8 août.

Le communiqué officiel, daté du 7 août, posté par le président précise que «bien que la délégation de l'opposition désignée par le député Juan Guaido se trouve déjà à la Barbade pour la session de discussions prévue pour cette semaine, le président Nicolas Maduro a décidé de ne pas envoyer la délégation vénézuélienne à cette occasion, en raison de la grave et brutale agression perpétrée de manière continuelle et retorse par l'administration Trump contre le Venezuela».

Néanmoins, le gouvernement vénézuélien confirme dans le texte sa volonté de poursuivre les négociations. «Le Venezuela se prépare à revoir les mécanismes de ce processus afin qu'ils s'accordent avec les intérêts de notre peuple», peut-on lire dans ce même communiqué.

Les deux camps s’étaient retrouvés une première fois à Oslo, en Norvège, dans le courant du mois de mai. Ils avaient repris les négociations le 8 juillet, choisissant la petite île caribéenne de la Barbade pour poursuivre les discussions, toujours sous l’égide de la Norvège. Le 2 août, le gouvernement norvégien avait publié un communiqué rappelant que les représentants des deux camps s’étaient engagés à trouver une solution «constitutionnelle» à la crise qui secoue le pays depuis plusieurs mois.

Négociation impossible en l’état pour Caracas

La décision prise par Nicolas Maduro intervient alors que Donald Trump avait décidé, le 5 août, de geler les avoirs du gouvernement vénézuélien aux Etats-Unis par décret présidentiel. Un groupe de plusieurs ONG avait affirmé dans un communiqué, mis en ligne le 7 août, que ces nouvelles sanctions économiques ouvraient la voie à une aggravation possible de «l’urgence humanitaire au Venezuela» et qu’elles infligeraient «de nouvelles souffrances au peuple vénézuélien».

De son côté, le chef de l’opposition, Juan Guaido, qui s’est autoproclamé président du pays par interim en janvier avec le soutien d’une cinquantaine de pays parmi lesquels les Etats-Unis ou la France, s’est félicité sur Twitter de ces nouvelles mesures de rétorsion. «Cette action vise à protéger les Vénézuéliens», a-t-il assuré, ajoutant que «la dictature» n’avait «pas le soutien populaire».

Dans un entretien téléphonique à la chaîne de télévision publique VTV le 7 août, Nicolas Maduro s’est désolé de ce type de réaction de la part de l’opposition, arguant du fait qu’il était désormais impossible de négocier sereinement «dans ces conditions». «Nous avons noté avec une profonde indignation que le chef de la délégation de l'opposition, Juan Guaido, célèbre, promeut et appuie ces actions qui nuisent à la souveraineté de notre pays et aux droits humains les plus élémentaires de ses habitants», était-il exposé dans le communiqué officiel.

Le ministre vénézuélien de la Défense, le général Vladimir Padrino a pour sa part appelé à prendre des sanctions contre ceux qui soutiendraient les sanctions américaines. «Assez d'impunité! Ceux qui [demandent] des sanctions pour la nation, l'empêchant financièrement et économiquement de stopper la faim et la désolation du peuple vénézuélien à des fins politiques, doivent être punis par la loi», a-t-il tempêté sur Twitter, toujours le 7 août.

Arrivée à la Barbade, la délégation de l’opposition a réclamé la tenue d’élections libres et «la fin de la corruption, de la pauvreté et des violations des droits humains». Ces nouvelles sanctions économiques font partie d'une plus large stratégie visant à chasser Nicolas Maduro du pouvoir. Dernièrement, Caracas avait accusé Washington de «terrorisme économique» ainsi que de chercher un moyen de provoquer une rupture du dialogue avec l'opposition.

Alexis Le Meur

Lire aussi : Trump aurait décrété un embargo économique total contre Caracas avant une conférence internationale

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»