Le Venezuela accuse la Colombie, le Chili et les Etats-Unis d'une tentative de coup d'Etat

Le Venezuela accuse la Colombie, le Chili et les Etats-Unis d'une tentative de coup d'Etat© HO / Venezuelan Presidency Source: AFP
Nicolas Maduro célèbre le 198e anniversaire de la bataille de Carabobo à Valence, le 24 juin 2019 (image d'illustration).

Le ministre vénézuélien de la Communication, Jorge Rodriguez, a annoncé le 26 juin que les autorités de son pays avaient déjoué «une tentative de coup d'Etat militaire» dont l'objectif était d'assassiner le président Nicolas Maduro.

Le gouvernement vénézuélien a accusé le 26 juin la Colombie, le Chili et les Etats-Unis, trois pays qui ne reconnaissent plus la légitimité du président Nicolas Maduro, d'avoir participé à la préparation d'un coup d'Etat militaire. «Jusqu'à quand ? Ivan Duque ! [...] Cela suffit de planifier des coups d'Etat militaires, des assassinats du président», a lancé le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, à l'adresse du président colombien. Le ministre a également pointé du doigt l'implication du président chilien, Sebastian Pinera, et John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump. 

Le ministre a par ailleurs affirmé que le coup d'Etat, impliquant des militaires actifs et à la retraite ainsi qu'un ancien chef du renseignement, devait avoir lieu entre le 23 et le 24 juin. L'opération devait, selon lui, permettre à un général de prendre rapidement la tête du pays.

Quelques heures plus tôt, Jorge Rodriguez avait annoncé sur Twitter qu'il révélerait «de graves attaques contre la démocratie» et le peuple vénézuélien : «[Juan] Guaido, [Ivan] Duque, [John] Bolton persistent dans leur désir criminel d’attaquer notre droit à la tranquillité», avait-il dénoncé.  

Le 30 avril, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, Juan Guaido, président autoproclamé, et opposant au président élu vénézuélien Nicolas Maduro, avait appelé les Vénézuéliens et l’armée à le soutenir pour mettre fin «définitivement à l’usurpation» de l'actuel président du pays, dont la réélection en 2018 est contestée par ses opposants mais aussi de nombreux pays parmi lesquels les Etats-Unis

Mais, en dépit des initiatives de Juan Guaido et de l'appui de taille qu'il reçoit de Washington pour renverser Nicolas Maduro, le gouvernement chaviste préserve un ancrage populaire fort dans un pays qui, par le passé, s'est déjà soulevé face à de multiples tentatives d'ingérence.

Parmi les opérations les plus connues, le coup d'Etat du 11 avril 2002, mené par les propriétaires de chaînes privées, les cadres de la compagnie pétrolière du Venezuela, ainsi qu’une poignée de dirigeants militaires, avait reçu le soutien, entre autres, des Etats-Unis. Le putsch engendra une réaction massive et immédiate du peuple vénézuélien, poussant des millions de personnes à descendre dans la rue pour réclamer le retour au pouvoir d’Hugo Chavez.

Lire aussi : Venezuela : Moscou met en garde contre toute ingérence dans les pourparlers entre Maduro et Guaido

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»