Embargo sur le Venezuela ? Maduro entend dénoncer la «menace illégale» de Trump auprès de l'ONU

Embargo sur le Venezuela ? Maduro entend dénoncer la «menace illégale» de Trump auprès de l'ONU© Miraflores Palace Source: Reuters
Nicolas Maduro lors d'une conférence sur le transport maritime vénézuélien, le 2 août 2019.

Réagissant à une déclaration de Donald Trump qui avait mentionné l'éventualité d'imposer un embargo au Venezuela, Nicolas Maduro a exprimé son intention de dénoncer devant le Conseil de sécurité de l'ONU une «menace illégale de l'empire américain».

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a affirmé le 2 août qu'il souhaitait dénoncer devant l'ONU ce qu'il considérait comme une «menace illégale» visant son pays de la part du président américain Donald Trump, celui-ci ayant fait savoir la veille qu'il n'écartait pas la possibilité d'imposer un embargo au Venezuela.

«J'ai chargé l'ambassadeur Samuel Moncada de dénoncer devant le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies la menace illégale de l'empire américain d'imposer un blocus naval au Venezuela. La mer des Caraïbes appartient au peuple vénézuélien. Nous allons la défendre», a ainsi tweeté Nicolas Maduro.

«Personne ne bloque le Venezuela», a-t-il également déclaré dans un message à la radio et à la télévision vénézuéliennes, comme le rapporte l'AFP. De fait, le 1er août, lors d'un point presse à la Maison blanche, le dirigeant américain avait répondu par la positive à un journaliste qui lui avait demandé : «Envisagez-vous un embargo ou un isolement du Venezuela compte tenu du niveau d'implication de la Russie, de la Chine et de l'Iran ?»

En dépit du processus de dialogue entre le gouvernement vénézuélien et l'opposition entamé à Oslo dans le courant du mois de mai, Washington maintient la pression contre Nicolas Maduro, ne le reconnaissant pas comme chef d'Etat du Venezuela. Continuant d'appuyer la légitimité de l'opposant Juan Guaido, président par intérim autoproclamé, l'administration américaine annonçait par exemple le 25 juillet de nouvelles mesures ciblées pour détournement de l'aide alimentaire, visant notamment un «profiteur» colombien et trois beaux-fils du président.

Pour sa part, Nicolas Maduro avait, le 2 août, remercié l'opposition vénézuélienne qui participe au dialogue politique par le biais du mécanisme d'Oslo. «Je réitère ma volonté de rester, malgré toutes les circonstances, à la table de dialogue pour rechercher des solutions qui garantissent la paix et la prospérité du pays», avait-il tweeté quelques instants avant de publier sa réaction aux propos de Donald Trump.

Lire aussi : Venezuela : Washington annonce de nouvelles sanctions pour détournement de l'aide alimentaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»