Dépassement de la limite d'uranium : Emmanuel Macron manie la carotte et le bâton avec l'Iran

Dépassement de la limite d'uranium : Emmanuel Macron manie la carotte et le bâton avec l'Iran© Sputnik/Mikhail Klimentyev/Kremlin via REUTERS
Emmanuel Macron au sommet du G20 à Osaka le 28 juin 2019 (image d'illustration)

L'Iran doit commencer le 7 juillet à enrichir de l'uranium à un niveau prohibé par l'accord de 2015. Le président français a prévenu que cela aurait des «conséquences»... tout en disant vouloir «explorer» «les conditions d'une reprise du dialogue».

Le président de la République française, Emmanuel Macron, semble vouloir user de tous les types d'arguments pour convaincre les autorités iraniennes de revenir sur leur décision d'enrichir de l'uranium à un niveau prohibé par l'accord sur le nucléaire de 2015.

Le 6 juillet, lors d'un entretien téléphonique de plus d'une heure, le chef d'Etat a fait part à son homologue iranien Hassan Rohani de sa «forte préoccupation face au risque d'affaiblissement de l'accord [nucléaire iranien et des] conséquences qui s'en suivraient nécessairement», selon la présidence française. En même temps, Emmanuel Macron a dit vouloir «explorer d'ici au 15 juillet les conditions d'une reprise du dialogue avec toutes les parties». «Au cours des prochains jours, le président de la République poursuivra ses consultations, avec les autorités iraniennes et les partenaires internationaux concernés, pour que s’engage la nécessaire désescalade des tensions liées au dossier nucléaire iranien», a ajouté la présidence française dans un communiqué.

Téhéran avait annoncé le 8 mai son intention de ne plus respecter deux engagements pris aux termes de l'accord nucléaire, limitant ses réserves d'uranium enrichi et d'eau lourde, un an après le retrait unilatéral de Washington du pacte. Le président iranien Hassan Rohani a précisé le 3 juillet que son pays mettrait à exécution ce 7 juillet sa menace d'enrichir l'uranium à plus de 3,67%, limite fixée par l'accord.

Fait plutôt rare, Moscou et Pékin ont conseillé de concert à l'Iran de revenir sur sa décision de dépasser cette limite. Par la voix de son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, la Russie a ainsi appelé à «ne pas céder à l'émotion».

Lire aussi : Refusant toute négociation, l'Iran accuse la Maison blanche de souffrir de «troubles mentaux»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»