Menaces sur les jupes, multiplicité des genres : Poutine explicite son rejet des «idées libérales»

Menaces sur les jupes, multiplicité des genres : Poutine explicite son rejet des «idées libérales»© Alexander Zemlianichenko/Pool via REUTERS Source: Reuters
Vladimir Poutine s'exprime à la presse le 29 juin à Osaka.

Lors d'une conférence de presse, le président russe a explicité les critiques qu'il avait émises, lors d'un entretien au Financial Times, au sujet des «idées libérales». Il a pris pour exemple, notamment, les conséquences de l'immigration en Europe.

L'entretien accordé par Vladimir Poutine au Financial Times le 27 juin, dans lequel le chef d'Etat a jugé que les «idées libérales» étaient devenues «obsolètes», a provoqué des remous dans la presse internationale. Au point d'être mentionné par un journaliste lors de la conférence de presse du président russe, le 29 juin à l'issue du G20 à Osaka (Japon). 

Le chef d'Etat a évoqué, une nouvelle fois, ce qu'il considère être les limites de l'«idée libérale», en prenant pour exemple des thématiques précises. Dont l'immigration et ses conséquences, que le président russe associe aux idées libérales : «Comment peut-on s’imaginer que, dans certains pays européens, dans les écoles on dise aux parents : "Les filles ne devraient pas porter de jupes à l'école. [...] "Pour des raisons de sécurité".» Et Vladimir Poutine de poursuivre : «Pourquoi cela devrait-il être ainsi ? [...] Voici ce dont je parlais. A mon avis, on va trop loin avec cette idée disons "libérale" qui commence à "s’avaler" elle-même». 

On a inventé cinq ou six genres. [...] Je ne comprends même pas ce que cela veut dire

Le président russe cite également, parmi les combats menés au nom du libéralisme, la lutte pour la reconnaissance de la multiplicité des genres. «J’ai dit dans cet interview : on a inventé cinq ou six genres. [...] Je ne comprends même pas ce que cela veut dire», dit-il, avant d'ajouter que le problème résidait dans le fait qu'une partie réduite de la société souhaitait imposer à la majorité son point de vue, sur ce sujet notamment, et ce de manière «agressive». «Il faut respecter tout le monde, c’est vrai, mais on ne peut pas imposer sa position par la force. Ces derniers temps, les partisans de la soi-disant idée libérale l’imposent, ils insistent sur la nécessité d’une certaine éducation sexuelle à l’école. Les parents s’y opposent, et ils sont presque mis en prison pour ça», a fait valoir le chef d'Etat.

Lire aussi : Macron fait l'éloge des démocraties libérales et arrache un sourire mutin à Poutine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»