«Les idées libérales sont devenues obsolètes» : que signifie la déclaration de Vladimir Poutine ?

«Les idées libérales sont devenues obsolètes» : que signifie la déclaration de Vladimir Poutine ? Source: Reuters
Le président russe Vladimir Poutine.

Le président russe a violemment critiqué les «prétendues idées libérales» qui s'opposent selon lui aux intérêts de la population, estimant que les idées progressistes des démocraties occidentales, comme le multiculturalisme, n'avaient pas d'avenir.

Dans un entretien accordé au Financial Times le 27 juin, le président russe Vladimir Poutine a fait une sortie remarquée sur le libéralisme en en faisant une critique sans concession. Une critique qui ne visait toutefois pas la doctrine traditionnelle du libéralisme mais les idées progressistes des démocraties occidentales qui l'accompagnent, telles que le multiculturalisme ou la politique de portes ouvertes en matière migratoire.

Pour le président russe, ces «prétendues idées libérales» sont en effet «devenues obsolètes» et ne sont plus tenable parce qu'elles se trouvent en «conflit avec les intérêts de l'immense majorité de la population». Vladimir Poutine a ainsi qualifié d'«erreur capitale» la décision de la chancelière allemande Angela Merkel d'ouvrir la porte à un million de réfugiés en Allemagne, louant au contraire la politique de fermeture des frontières aux migrants illégaux du président américain Donald Trump. D'autant que, selon le président russe, les progressistes s'interdisent de sévir contre les migrants au nom de leur doctrine : «Cette idée progressiste présuppose que l'on ne peut rien faire. Que les migrants peuvent tuer, piller, violer en toute impunité du fait que leurs droits sont protégés.»

Le chef d'Etat, qui se considère lui-même comme un «vrai libéral», a par ailleurs dénoncé la volonté des progressistes d'imposer leur point de vue : «Les progressistes ne peuvent simplement plus dicter quoi que ce soit à qui que ce soit, comme ils ont tenté de le faire au cours des dernières décennies.»

Un diktat auquel le président russe refuse de se plier, sur quelle question que ce soit, y compris les plus sensibles auprès de l'opinion occidentale, ce qui lui vaut parfois d'être caricaturé. Se défendant de toute homophobie, il a ainsi fait savoir que son pays n'avait «aucun problème avec les personnes LGBT». «Mais certaines choses nous apparaissent excessives. Ils soutiennent maintenant que les enfants peuvent avoir cinq ou six genres différents», a-t-il souligné, exprimant son désaccord sur la question. Et de conclure dans la droite ligne de sa vision du libéralisme : «Que tout le monde soit heureux, cela ne nous pose aucun problème, mais cela ne doit pas occulter la culture, les traditions et les valeurs familiales traditionnelles des millions de personnes qui constituent le noyau de la population.»

Lire aussi : Pourquoi Vladimir Poutine est si poli avec ses adversaires ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»