Plusieurs milliardaires algériens auraient été arrêtés dans le cadre d'une enquête anti-corruption

Plusieurs milliardaires algériens auraient été arrêtés dans le cadre d'une enquête anti-corruption© PHILIPPE HUGUEN Source: AFP
Symbole de la justice (image d'illustration)

Selon la télévision publique algérienne, cinq hommes d'affaires auraient été arrêtés ce 22 avril par la gendarmerie du pays dans le cadre d'une enquête anti-corruption. Parmi eux figurerait Issad Rebrab, première fortune du pays. Ce dernier dément.

Ce 22 avril, la télévision publique algérienne a annoncé l'arrestation de cinq milliardaires algériens dans le cadre d'une enquête anti-corruption. Selon cette même source, les frères Kouninef, proches de l'ancien président d'Abdelaziz Bouteflika, ainsi que la première fortune du pays, Issad Rebrab, auraient été arrêtés par la gendarmerie. Ce dernier a rapidement démenti son arrestation sur les réseaux sociaux. «Dans le cadre des blocages de notre projet Evcon, Je me suis présenté de nouveau ce matin à la brigade de gendarmerie de Bab Jdid. Nous poursuivrons l'étude de l'affaire de nos équipements retenus au port d'Alger depuis juin 2018», a-t-il fait savoir sur Twitter. Toutefois, le 23 avril, l'agence officielle APS a annoncé qu'il avait été incarcéré.

Selon la chaîne de télévision privée Ennahar, les personnes ciblées par l'enquête ont ensuite été présentées devant le procureur du tribunal de Sidi Mhamed à Alger. 

Quelques jours plus tôt, un appel à la justice avait été lancé par le patron de l'armée algérienne Ahmed Gaïd Salah. Ce dernier avait plaidé pour la réouverture de plusieurs dossiers «concernant certaines personnes ayant bénéficié indûment de crédits estimés à des milliers de milliards, causant préjudice au Trésor public et dilapidant l’argent du peuple».

Le 21 avril, un tribunal algérien avait convoqué l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et l'actuel ministre des Finances, Mohamed Loukal, deux proches collaborateurs de Bouteflika, pour «des affaires de dilapidation des deniers publics et de privilèges indus».

Lire aussi : Manifestation en Algérie : un faux procès public règle son compte au pouvoir (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»