Canada : l'ex-ministre de la Justice étaye ses accusations contre Justin Trudeau

Canada : l'ex-ministre de la Justice étaye ses accusations contre Justin Trudeau© Christinne Muschi Source: Reuters
Siège du géant canadien du BTP SNC-Lavalin, accusé de corruption en Libye.

Après avoir démissionné de son poste de ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould persiste. Selon elle, Justin Trudeau lui aurait demandé de protéger le géant du BTP SNC-Lavalin, soupçonné d'avoir versé des pots de vins en Libye.

L'affaire SNC-Lavalin continue d'embarrasser le Premier ministre canadien Justin Trudeau. Son ex-ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould qu'on appelle au Canada procureur général, a maintenu ses réserves à l'égard de la façon dont l'exécutif canadien aborde la question de ce géant québécois du BTP, pointé du doigt pour sa proximité avec la Libye de Mouammar Kadhafi.

Ce 30 mars, Jody Wilson-Raybould a fourni à une commission parlementaire chargée d'enquêter sur l'affaire de nouveaux documents, dont une conversation téléphonique avec le plus haut fonctionnaire du Canada, le greffier du Conseil privé Michael Wernick, qu'elle a enregistrée à son insu. «L’ingérence par la procureure générale dans l’exercice indépendant [de la directrice des poursuites pénales] est un cas exceptionnel qui n’a jamais été appliqué à ce jour», a-t-elle fait valoir, commentant ses propres prérogatives. «[Ce pouvoir] est limité et doit uniquement être appliqué dans des circonstances tout à fait exceptionnelles», a-t-elle encore argumenté, citée par le quotidien montréalais Le Devoir.

Jody Wilson-Raybould avait démissionné en février après avoir subi, selon elle, des pressions qu'elle avait qualifiées d'«inappropriées», de la part de Justin Trudeau et de son entourage, afin qu'elle évite, en sa qualité de procureur général, un procès à la société canadienne SNC-Lavalin. Dans cet enregistrement, qui a été rendu public, Michael Wernick assurait que le Justin Trudeau voulait «parvenir à ses fins d'une façon ou d'une autre», selon une retranscription de la conversation citée par l'AFP, précisant que le gouvernement ferait «tout ce qui est en son pouvoir pour éviter la perte de 9 000 emplois», l'effectif canadien de SNC-Lavalin. Dans ce même échange enregistré, Jody Wilson-Raybould rétorquait à Michael Wernick, dont le rôle est de conseiller le Premier ministre canadien d'un point de vue administratif et neutre, que cette conversion était «absolument inappropriée». «Cela constitue de l'ingérence politique», avait-elle encore lancé à son interlocuteur. Et d'ajouter, pour contrer les arguments de Michael Wernick : «Il ne s'agit pas de sauver des emplois, il s'agit de faire ingérence dans les affaires d'une de nos institutions fondamentales… Cela revient à violer le principe constitutionnel de l'indépendance judiciaire.»

Justin Trudeau en «complet désaccord» avec la vision de Jody Wilson-Raybould

Interpellé par des journalistes le 27 février lors d'une conférence de presse qui avait pour but de souligner la victoire d'une députée de son camp dans la région de Montréal, le Premier ministre canadien a dû répondre des accusations formulées à son endroit et a assuré que son équipe et lui-même avaient «toujours agi de façon appropriée».

Il a toutefois admis qu'il avait discuté de la possible perte de 9 000 emplois à SNC-Lavalin, si la firme d'ingénierie n'obtenait pas d'accord pour éviter un procès criminel. Il a affirmé que, à son sens, cette démarche était légitime : «Nous allons toujours nous concentrer sur les emplois et l'économie [...] Alors que nous gouvernons pour le bien de tous les Canadiens, nous agirons toujours de façon appropriée», a-t-il promis. Et de nier énergiquement toute allégation d'ingérence politique dans cette affaire, après avoir assuré qu'il était «complètement en désaccord avec la caractérisation des événements par l'ex-procureur général».

Le groupe québécois SNC-Lavalin est accusé depuis 2015 de corruption pour avoir versé 48 millions de dollars canadiens de pots de vin (32 millions d'euros) à des responsables libyens du temps de Mouammar Kadhafi, entre 2001 et 2011, pour décrocher d'importants contrats dans ce pays. Or, le groupe québécois, basé à Montréal, est l'un des principaux employeurs privés du Canada, avec 9 000 salariés. En cas de condamnation pénale, SNC-Lavalin se verrait interdire tout contrat public pendant 10 ans au Canada, ce qui menacerait son avenir économique.

Lire aussi : «Impensable» dans une «société libre» : Trudeau s'oppose au projet de loi sur la laïcité au Québec

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»