Canada : accusé d'ingérence dans une affaire judiciaire, Trudeau refuse de démissionner

Canada : accusé d'ingérence dans une affaire judiciaire, Trudeau refuse de démissionner © Christinne Muschi Source: Reuters
Justin Trudeau rencontre des enfants à l'agence canadienne de l'espace de Loungueuil, Québec, Canada, 28 février 2019 (image d'illustration).

Après le témoignage d'une ex-ministre canadienne qui assure avoir subi des pressions «extrêmement inappropriées» de la part du gouvernement pour éviter des poursuites contre une entreprise, Justin Trudeau est sommé de démissionner par ses opposants.

L'opposant politique conservateur canadien, Andrew Scheer, a demandé au Premier ministre, Justin Trudeau, de présenter sa démission le 27 février après que l'ancien ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a révélé dans un témoignage qu'elle avait subi des pressions de la part du cabinet du Premier ministre pour empêcher des poursuites pénales à l'encontre d'une entreprise.

Justin Trudeau a fait valoir, pour sa part, qu'il voulait éviter les pertes d'emplois qui auraient résulté d'un procès criminel dans l'affaire SNC-Lavalin. L'ancienne ministre de la Justice admet qu'elle n'a pas reçu d'ordre de la part de Justin Trudeau, mais assure qu'elle a subi des pressions qui étaient parfois «extrêmement inappropriées». Lors de son audition, elle a déclaré : «Entre septembre et décembre 2018, j'ai été la cible de pressions constantes et soutenues de la part de membres du gouvernement cherchant à s'ingérer politiquement dans l'exercice du pouvoir discrétionnaire de la poursuite, dans une tentative inappropriée pour que SNC-Lavalin obtienne un accord de réparation. Ces événements impliquent 11 personnes [...] du cabinet du premier ministre, du Conseil privé et du cabinet du ministre des Finances. Cela inclut des conversations en personne, des appels téléphoniques, des courriels et des messages textes. Dans ces conversations ont été exprimées la nécessité d'intervenir dans le dossier de SNC-Lavalin, des conséquences potentielles et des menaces voilées si un accord de réparation n'était pas offert à SNC-Lavalin.»

En conséquence de ce témoignage coup de poing, le dirigeant du parti conservateur a quant à lui estimé que Justin Trudeau avait perdu «l'autorité morale» pour gouverner et a tonné : «Justin Trudeau ne peut simplement pas continuer de gouverner cette grande nation maintenant que les Canadiens savent ce qu’il a fait. C’est pourquoi je demande à Justin Trudeau de démissionner.»    

Trudeau assure avoir «toujours agi de façon appropriée»

Interpellé par des journalistes le 27 février lors d'une conférence de presse qui avait pour but de souligner la victoire d'une députée de son camp dans la région de Montréal, le Premier ministre canadien a dû répondre des accusations formulées à son endroit et a assuré que son équipe et lui-même avaient «toujours agi de façon appropriée». Il a toutefois admis qu'il avait discuté de la possible perte de 9 000 emplois à SNC-Lavalin, si la firme d'ingénierie n'obtenait pas d'accord pour éviter un procès criminel. Il a affirmé que, à son sens, cette démarche était légitime : «Nous allons toujours nous concentrer sur les emplois et l'économie [...] Alors que nous gouvernons pour le bien de tous les Canadiens, nous agirons toujours de façon appropriée», a-t-il promis. Et de nier énergiquement toute allégation d'ingérence politique dans cette affaire, après avoir assuré qu'il était «complètement en désaccord avec la caractérisation des événements par l'ex-procureure générale.»

Si rien n'empêche le Premier ministre de convoquer des élections anticipées, les Canadiens sont en tout état de cause appelés aux urnes le 21 octobre 2019 pour les élections fédérales qui détermineront l'avenir politique de leur pays. L'opposition conservatrice a-t-elle porté un coup de maître à Justin Trudeau dans cette dernière ligne droite pour reconduire sa politique libérale ? Les prochains mois le diront. Andrew Scheer n'a en tout cas pas boudé son plaisir et a dénoncé, avec emphase, «une culture de la corruption» qui trouverait son origine «au sein du bureau du Premier ministre et ailleurs.»

Le groupe québécois SNC-Lavalin est accusé depuis 2015 de corruption pour avoir versé 48 millions de dollars canadiens de pots de vin (32 millions d'euros) à des responsables libyens du temps de Mouammar Kadhafi, entre 2001 et 2011, pour décrocher d'importants contrats dans ce pays. Or, le groupe québécois, basé à Montréal, est l'un des principaux employeurs privés du pays, avec 9 000 salariés au Canada. En cas de condamnation pénale, SNC-Lavalin se verrait interdire tout contrat public pendant 10 ans au Canada, ce qui menacerait son avenir économique.

Lire aussi : Une journaliste accusant Justin Trudeau de l'avoir «pelotée» sort de son silence

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»