Le crucifix restera-t-il au parlement ? Le Québec se divise sur le projet de loi laïcité

Le crucifix restera-t-il au parlement ? Le Québec se divise sur le projet de loi laïcité© Normand Blouin Source: AFP
La croix du mont Royal, sur les hauteurs de Montréal, le 6 avril 2005 (image d'illustration).

Sous l'impulsion de son nouveau gouvernement, le Québec entame une introspection à la lumière du concept de laïcité. Le Parlement devra étudier un texte portant sur le port et la présence des signes religieux dans les administrations.

Le 20 mars, la Ville de Montréal a décidé le retrait du crucifix qui ornait depuis plus de 80 ans la salle du conseil municipal. «On vit maintenant dans une société qui a énormément évolué et qui est représentée par des institutions qui sont démocratiques, qui se doivent d'être laïques, d'être neutres et d'être ouvertes à l'ensemble des citoyens», a justifié Laurence Lavigne-Lalonde, conseillère de la ville et membre de son comité exécutif, rappelant qu'en 1987, l’administration avait déjà aboli la prière à l’ouverture des séances du conseil.

Une annonce dont le timing ne doit rien au hasard. Le Premier ministre québécois, François Legault, au pouvoir dans la Belle Province depuis octobre 2018, doit en effet déposer le 28 mars un projet de loi sur la laïcité. Une antienne dans une région où les cas médiatisés d'«accommodements raisonnables» – un concept de droit canadien désignant les tentatives de s'accommoder des exigences des différentes minorités au sein de la société civile – font régulièrement polémique. Pour border cette notion, une Charte des valeurs québécoises avait été proposée en 2007 : elle avait pour but d'établir «des règles communes pour vivre dans un Etat laïc et pour baliser les demandes d’accommodement». Jamais adoptée, les questions autour des droits des minorités religieuses dans le cadre des services publics sont jusqu'alors traitées au cas par cas. En témoigne le vote en 2017 d'une loi interdisant le port du voile intégral dans les transports, à l'école, à l'hôpital ou encore dans les administrations : une des promesses de campagne du Premier ministre de l'époque Philippe Couillard ; l'opposition avait, elle, dénoncé un texte menaçant le «vivre-ensemble».

Le crucifix de l'Assemblée nationale cristallise le débat

Il y a plus de dix ans, les recommandations de la Commission Bouchard-Taylor – connue sous le nom de Commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles – avaient déjà suscité de nombreux débats. 

La question de la présence d'un crucifix à l'Assemblée nationale du Québec était l'objet d'une proposition de la Commission, qui préconisait de le retirer et de l'exposer dans une autre salle du parlement. Une initiative alors massivement rejetée par les députés réclamant son maintien au nom du patrimoine et de l'histoire du Québec.

Cette question divise toujours la société québécoise et cristallise le débat jusque dans les troupes de la Coalition avenir Québec (CAQ), le parti du chef du gouvernement. Ainsi, le ministre de l’Immigration, Simon Jolin Barrette, est enclin à le maintenir, à titre «d’objet patrimonial». François Legault, plutôt du même avis à ce sujet selon nombre de commentateurs, aurait pourtant récemment confié qu'il s’en remettrait aux souhaits des parlementaires. Que contiendra le projet présenté par la majorité ? Sera-ce un texte d'application générale ou une règle comportant une clause dérogatoire permettant à certains de conserver des signes religieux ostentatoires ?

La semaine du 18 mars, le quotidien La Presse rapportait que le projet de loi prévoirait une clause de droits acquis, connue sous le nom de clause «grand-père». Elle doit permettre aux employés visés par la loi de conserver leurs signes religieux s'ils ont été embauchés avant son adoption.

D’aucuns supputent que la CAQ souhaite en fait faire appliquer mot à mot les recommandations du rapport Bouchard-Taylor qui préconisait l'interdiction pure et simple du port de tout signe religieux pour les juges, les policiers, les gardiens de prison et les procureurs. François Legault pourrait cependant consentir à des exceptions. Il est en effet sous pression médiatique après avoir – comme promis – durci la politique migratoire de l'ancienne Nouvelle-France, en réduisant d'environ 40 000 personnes le nombre d'immigrés et en augmentant les critères applicables aux nouveaux arrivants, notamment en termes de diplômes et de maîtrise du français. Un imbroglio autour de 18 000 dossiers d'immigration en attente qui ont finalement été annulés a par ailleurs suscité de nombreuses critiques.

Lire aussi : Québec : les nationalistes chassent les libéraux du pouvoir et promettent de réduire l'immigration

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»