Québec : les nationalistes chassent les libéraux du pouvoir et promettent de réduire l'immigration

Québec : les nationalistes chassent les libéraux du pouvoir et promettent de réduire l'immigration© Mathieu Belanger Source: Reuters
Drapeau de la province québecoise (image d'illustration).

Après 15 ans de gouvernement libéral, les Québécois ont choisi un tournant nationaliste mais non-indépendantiste, en plébiscitant le parti «Coalition Avenir Québec», qui promet notamment une réduction du seuil d'immigration annuel de 20%.

Première élection à date fixe de la province francophone, l'élection générale québécoise du 1er octobre 2018 marque un tournant majeur dans le paysage politique local. En effet, après 15 ans de gouvernement libéral, les électeurs ont plébiscité la Coalition avenir Québec (CAQ), un parti nationaliste non-indépendantiste qui souhaite, entre autres, une réduction de 20% du nombre d'immigrants admis au Québec chaque année.

A l'issue du scrutin, le fondateur et chef du CAQ, François Legault, est désigné Premier ministre de la province et disposera de la majorité absolue à l'Assemblée nationale du Québec, avec 74 députés sur 125 selon des résultats préliminaires. Une ascension considérable pour une formation politique qui ne comptait jusqu'alors qu'une vingtaine de sièges. Le Parti québecois, indépendantiste, n'a lui obtenu que 9 sièges.

Ancien ministre et homme d'affaires, François Legault s'est félicité des résultats de l'élection : «Aujourd'hui on a marqué l'histoire, aujourd'hui il y a beaucoup de Québécois qui ont mis de côté un débat qui nous a divisés pendant 50 ans», a-t-il déclaré au sujet de la question de l'appartenance ou non du Québec au Canada.

Camouflet pour la famille politique de Justin Trudeau

Le parti libéral du Québec de Philippe Couillard n'obtient que 32 sièges, contre 70 lors de l'élection précédente. Les centristes essuient ainsi un nouveau coup dur, quatre mois à peine après la défaite historique du Parti libéral ontarien lors de l'élection générale de la province en juin 2018.

A un an des élections législatives canadiennes, le scrutin s'annonce donc incertain pour Justin Trudeau. Celui-ci a toutefois salué la victoire de François Legault, affirmant se réjouir à l'idée de «travailler ensemble pour améliorer la vie des familles de la classe moyenne».

Lire aussi : Accord commercial nord-américain, «une défaite pour le Canada et le multilatéralisme»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter