Venezuela : concert d'indignation après l'arrestation du bras droit de Guaido accusé de «terrorisme»

Venezuela : concert d'indignation après l'arrestation du bras droit de Guaido accusé de «terrorisme»© Luis Acosta Source: AFP
Le drapeau vénézuélien.

L'opposant vénézuélien Juan Guaido, président par intérim autoproclamé, a dénoncé une «vile» manœuvre et prévenu qu'il ne se laisserait pas intimider après l'arrestation de son chef de cabinet, vivement condamnée à l'étranger.

Juan Guaido, l'opposant vénézuélien qui s'est autoproclamé président du Venezuela avec le soutien de plusieurs pays occidentaux, a annoncé sur Twitter l'arrestation de son bras droit. «Ils ont arrêté Roberto Marrero, mon chef de cabinet, en l'accusant de détenir deux fusils et une grenade déposés (intentionnellement chez lui). L'arrestation s'est produite à 2h du matin environ», a-t-il fait savoir.

«Ils veulent m'intimider? Mais il ne peuvent pas aller tous nous chercher. Ils veulent venir me prendre? Qu'ils viennent, ils ne pourront nous dévier de la route que nous sommes en train de tracer», a déclaré à la presse Juan Guaido, qualifiant l'arrestation de Roberto Marrerro, âgé de 44 ans, de «vile» et «grossière». Celle-ci a été justifiée par le gouvernement pour des soupçons de «terrorisme».

Pour lui, le gouvernement de Nicolas Maduro essaie d'instiller «la peur» dans les rangs de l'opposition et expose sa «faiblesse» en agissant ainsi. Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale dominée par l'opposition, avait lui-même été arrêté par les services de renseignement vénézuéliens (Sebin) le 13 janvier lors d'une opération spectaculaire en pleine autoroute, avant d'être relâché une heure après. 

L'arrestation de Roberto Marrero a été aussitôt condamnée par le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo: «Nous appelons à sa libération immédiate. Ceux qui le retiennent devront rendre des comptes», a-t-il mis en garde via Twitter.

L'ONU a invité à «empêcher toute escalade» de la tension : «Nous renouvelons notre appel à ce que tous les acteurs au Venezuela prennent des mesures immédiates pour apaiser les tensions», a déclaré un porte-parole à New York.

L'Union européenne a également appelé à une «libération immédiate et inconditionnelle» de l'opposant. Et la France a également insisté sur «l’arrêt de la répression contre l’opposition au régime de Nicolas Maduro», alors que les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent régulièrement les arrestations et détentions dans le pays.

Le 23 janvier, Donald Trump avait apporté son soutien au président de l'Assemblée nationale et chef de l'opposition vénézuélienne après que ce dernier s’était autoproclamé «président par intérim» du pays, quelques jours après l'investiture du président du Venezuela Nicolas Maduro, réélu pour un second mandat. Les alliés de Washington dans la région lui avaient alors emboîté le pas à l'instar de l'Argentine, du Canada, du Chili, de la Colombie ou encore du Pérou. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»