Erdogan provoque la fureur de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande par ses propos sur Christchurch

Erdogan provoque la fureur de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande par ses propos sur Christchurch© Adem ALTAN Source: AFP
Recep Tayyip Erdogan.

Le président turc a jugé que l'attentat de Christchurch était une attaque contre la Turquie, et que celle-ci ferait justice elle-même si l’auteur n’était pas condamné à mort, déclenchant l'ire de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a outragé les responsables politiques de la Nouvelle-Zélande et de l'Australie avec ses déclarations fracassantes sur la tuerie des mosquées de Christchurch.

Ce n'est pas un acte isolé, c'est quelque chose d'organisé

Lors d'un discours de campagne le 19 mars, tenu deux semaines avant des élections locales, le chef d'Etat turc a jugé que l'attentat du 15 mars dans la ville néo-zélandaise était le fruit d'un complot. «Ce n'est pas un acte isolé, c'est quelque chose d'organisé», a affirmé le président turc. «Ils sont en train de nous tester avec le message qu'ils nous envoient depuis la Nouvelle-Zélande, à 16 500 kilomètres d'ici», a-t-il ajouté.

Menaces contre les Australiens qui seraient hostiles à l'islam

Recep Tayyip Erdogan avait poursuivi par une salve belliqueuse, déclarant que les Australiens qui seraient hostiles à l'islam connaîtraient le même sort que les soldats australiens tués par les forces ottomanes lors la bataille de Gallipoli, pendant la Première Guerre mondiale. Les soldats ottomans avaient remporté cette bataille impliquant des contingents australiens et néo-zélandais, qui avait fait des dizaines de milliers de victimes. «Il y a un siècle, vos aïeuls sont repartis à pied ou dans des cercueils. Si votre intention est la même que la leur, nous vous attendons», a averti le président turc.

Il y a un siècle, vos aïeuls sont repartis à pied ou dans des cercueils

Ces déclarations menaçantes n'ont pas été du goût du Premier ministre australien Scott Morrison, qui les a qualifiées d'«ignobles». «Des propos ont été tenus par le président turc Erdogan que je considère extrêmement offensants pour les Australiens et extrêmement irréfléchis dans l'environnement très sensible dans lequel nous sommes», a-t-il réagi. Le chef du gouvernement a sommé le chef d'Etat turc de retirer ses propos et a averti que «toutes les options [étaient] sur la table» au sujet des relations entre l'Australie et la Turquie.

L'ambassadeur turc à Canberra a été convoqué par le Premier ministre afin de «discuter». Au cours de cette réunion, le Premier ministre australien a d'ores et déjà demandé que les déclarations du président turc ne soient plus diffusées par la télévision publique turque.

«Remettre les pendules à l'heure» : la Nouvelle-Zélande rabroue Erdogan

Ces commentaires de Recep Tayyip Erdogan ont également irrité la Nouvelle-Zélande. Le vice-Premier ministre néo-zélandais Winston Peters s'est élevé contre une interprétation «totalement injuste» de l'attentat de Christchurch qui «menace l'avenir et la sécurité du peuple néo-zélandais et de nos citoyens à l'étranger».

Mais une autre saillie turque a déclenché les foudres du Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern. Lors du même meeting de campagne, le président turc a appelé la Nouvelle-Zélande à rétablir la peine de mort pour Breton Tarrant, le suspect de la tuerie de Christchurch qui a fait 50 morts. «La Turquie fera payer le suspect si la Nouvelle-Zélande ne le fait pas», a même menacé le chef d'Etat.

La Turquie fera payer le suspect si la Nouvelle-Zélande ne le fait pas

Jacinda Ardern a aussitôt déclaré qu'elle enverrait en Turquie son ministre des Affaires étrangères, Winston Peters, pour «remettre les pendules à l'heure, en face-à-face». Il était déjà prévu qu'il assiste, à la demande d'Ankara, à une réunion spéciale de l'Organisation de la coopération islamique (OCI).

Lire aussi : La vidéo de la tuerie de Christchurch supprimée 1,5 million de fois : Facebook dans la tourmente ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»