Venezuela : Dominique de Villepin estime qu'une intervention militaire serait «catastrophique»

Venezuela : Dominique de Villepin estime qu'une intervention militaire serait «catastrophique»© Nelson Almeida Source: AFP
Dominique de Villepin, à San Paolo, le 13 septembre 2018 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Sur France Inter, l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin qui a longtemps vécu au Venezuela, a estimé que les caractéristiques locales n'était pas suffisamment prises en compte et qu'une intervention militaire provoquerait «un bain de sang».

«Je connais l’immense allergie du peuple vénézuélien vis-à-vis de toute interférence américaine, c'est vraiment le pays d'Amérique latine le plus marqué de ce point de vue-là», a déclaré le 25 février sur France Inter Dominique de Villepin, qui a lui-même longtemps vécu au Venezuela.

Selon l'ancien Premier ministre, une intervention militaire américaine serait «catastrophique». «[Nicolas Maduro] tient l’armée, une partie de la population et des groupes paramilitaires importants, les colectivos. Le risque d’un bain de sang est là», prévient Dominique de Villepin. Evoquant le fait que le président américain n'exclut aucune option au Venezuela, y compris militaire, l'ancien chef du gouvernement français a estimé : «Donald Trump joue avec les mots et joue avec le feu.»

Selon lui, Donald Trump, talonné par les Européens, a cru que le gouvernement de Nicolas Maduro «allait tomber comme un fruit mûr». Il a souligné que cela faisait pourtant un mois que le gouvernement résistait, alors que l'opposant Juan Guaido s'est auto-proclamé président par intérim, avant d'être reconnu par les Etats-Unis, et, plus tard, par plusieurs pays, dont la France.

«Nous avons fait le même pari sur la Syrie et des années plus tard, c’est Bachar el-Assad qui est toujours au pouvoir», a rappelé Dominique de Villepin pour qui une intervention militaire américaine au Venezuela serait «une grande erreur».

La France devrait faire la médiation

L'ancien Premier ministre a appelé de ses vœux que l’Europe et, au premier chef, la France soient les acteurs actifs d'une médiation pacifique.

«Nous devons éviter la logique de confrontation, comme on l’a vu [le 23 février] à la frontière entre la Colombie et le Venezuela à Cucuta avec des morts et des [...] blessés», a-t-il plaidé. 

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a accusé Washington d'essayer de créer ex nihilo une crise visant à entrer en conflit avec le pays sud-américain, dans une interview avec la chaîne américaine ABC diffusée le 25 février. «Ils essayent de monter de toutes pièces une crise afin de justifier l'escalade politique et une intervention militaire au Venezuela pour entraîner une guerre en Amérique du Sud», a déclaré le successeur d'Hugo Chavez.

Réuni à Bogota le même jour avec la présence notable du vice-président américain Mike Pence et de l'opposant vénézuélien Juan Guaido, le Groupe de Lima, composé de pays hostiles à Nicolas Maduro, a appelé à une transition démocratique dans le pays tout en écartant l'usage de la force envisagé par Washington.

Lire aussi : «Menaces sérieuses sur sa souveraineté» : le Venezuela ferme sa frontière avec la Colombie

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix