«J'aurais préféré rentrer dans un pays où il y a plus l'islam», se désole une femme de djihadiste

«J'aurais préféré rentrer dans un pays où il y a plus l'islam», se désole une femme de djihadiste© Fadel Senna Source: AFP
Une femme intégralement voilée, expliquant être d'origine Lyonnaise, a fui la dernière poche de Daesh à Baghouz dans l'Est de la Syrie, le 11 février 2019.
Suivez RT France surTelegram

Alors que Daesh est progressivement éradiqué de Syrie, quelques femmes de djihadistes fuyant les combats ont expliqué à l'AFP souhaiter revenir en France. Elles auraient cependant préférer aller dans un pays où «il y a plus l'islam».

Fuyant l'une des dernières poches terroristes en Syrie, à Baghouz, dans l'Est du pays, trois femmes françaises ont été interrogées par l'AFP et ont confié les inquiétudes qu'elles nourrissaient sur leur sort. Il en ressort que la perspective de la prison semble moins les effrayer que les contraintes qui pourraient menacer leur pratique religieuse en France. L'une d'entre elles, imaginant être rapatriée dans l'Hexagone, explique qu'elle aurait préféré être renvoyée vers un pays plus musulman, où elle pourrait pratiquer l'islam comme elle le souhaite. 

Dans le convoi, une femme française portant le voile intégral se plaint de passer après les Irakiens et les Syriens dans la distribution de nourriture. «Bien sûr on regrette», avoue une autre Française entièrement masquée. «On a tout perdu en venant ici, mais qu'est ce que vous voulez qu'on fasse ? On s'est retrouvé coincées, on s'est retrouvé piégées : propagande, "Venez chez nous, la belle vie, on se fait pas voler"... On s'est fait voler», reconnaît-elle.

Moi j'aurais préféré rentrer dans un pays où il y a plus l'islam. Parce qu'en France, on peut pas forcément vivre notre religion comme on veut

Après ces paroles de repentance, cette jeune femme poursuit : «Moi j'aurais préféré rentrer dans un pays où il y a plus l'islam. Parce qu'en France, on peut pas forcément vivre notre religion comme on veut.»  Une autre Française en niqab renchérit : «Ils nous interdisent le niqab, ils nous interdisent de vivre, on n'a pas de droits. Et même Sarkozy a dit "soit vous restez comme ça, soit vous quittez le pays". Et bien voilà, on a quitté le pays ! Ça, c'est à cause de tous les politiciens qu'il y a en France.»

Le gouvernement français aurait d'ores et déjà prévu de rapatrier en France des djihadistes actuellement détenus en Syrie. Entre 130 et 150 personnes, dont une cinquantaine de majeurs, seraient concernées. Il n'y a pas eu, à ce stade, de confirmation officielle.

Lire aussi : 130 djihadistes de Daesh rapatriés en France pour être jugés ? Le gouvernement dément

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix