Syrie : la province d'Idleb passe sous contrôle des djihadistes après un accord avec les rebelles

Syrie : la province d'Idleb passe sous contrôle des djihadistes après un accord avec les rebelles© Aaref Watab
Enfant près d'un camp de réfugiés dans l'a province d'Idleb.

Les rebelles syriens du Front national de libération ont signé un accord avec le groupe Hayat Tahrir al-Cham, ancienne branche syrienne d'al-Qaïda. Le texte permet aux djihadistes de prendre le contrôle total de la province d'Idleb.

C'est une annonce qui lève encore davantage le voile sur la connivence entre rebelles et terroristes en Syrie : grâce à un accord signé entre le groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne d'al-Qaïda, et différents groupes rebelles, les djihadistes ont pu prendre le contrôle total de la province d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, comme l'annonce le groupe djihadiste par le biais de son organe de propagande ce 10 janvier.

L'accord conclu met fin à plusieurs jours d'affrontements meurtriers entre les membres de HTS et des rebelles, regroupés notamment au sein du Front national de libération (FNL), coalition appuyée par la Turquie.

«Ce matin, HTS et le FNL ont signé un accord mettant fin aux hostilités et établissant le contrôle du gouvernement du salut sur l'ensemble» d'Idleb, a annoncé Ebaa, le site de propagande de HTS. Le «gouvernement de salut», selon le vocabulaire employé par HTS, désigne l'administration locale instaurée par les djihadistes.

Ces derniers jours, les djihadistes avaient lancé dans la province un assaut contre les factions rebelles, ayant fait plus de 130 morts, avant de prendre le contrôle d'une cinquantaine de localités et villages, notamment dans l'ouest de la province d'Alep. Le groupe terroriste al-Nosra avait annoncé, en novembre dernier, qu'il était parvenu à réunir toutes les factions rebelles à Idleb sous un seul commandement, érodant ainsi toute ligne de démarcation supposée entre les rebelles dits «modérés» et les djihadistes islamistes.

Le 17 septembre, Moscou et Ankara avaient conclu un accord sur la création d'une «zone démilitarisée» dans la province d'Idleb et ses environs. Cette initiative prévoyait la mise en place d'une zone tampon pour séparer les secteurs insurgés des régions gouvernementales adjacentes et éviter ainsi une offensive d'envergure de Damas. Cet accord n'a toutefois été que partiellement respecté, les djihadistes refusant de se retirer de la zone de séparation.

Lire aussi : Retrait des Etats-Unis de Syrie : Ankara s'impatiente et pointe les «difficultés» de Washington

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»