Présence militaire en Syrie : la Turquie enjoint à la France de ne pas «protéger» les Kurdes des YPG

Présence militaire en Syrie : la Turquie enjoint à la France de ne pas «protéger» les Kurdes des YPG© Umit Bektas Source: Reuters
Recep Tayyip Erdogan le 20 décembre 2018 à Ankara (image d'illustration)

Après l'annonce du retrait des troupes américaines de Syrie, la Turquie a fait savoir que la France ne devait pas rester pour «protéger» les YPG, considérés par Ankara comme terroristes alors que se joue l'avenir du peuple kurde dans la région.

La Turquie ne souhaite pas que la France reste militairement engagée en Syrie si elle compte continuer à soutenir les Unités de protection du peuple (YPG), une organisation para-militaire kurde qui participe à la lutte contre les djihadistes de Daesh.

«Nous n'avons pas d'information sur l'envoi de nouveaux soldats [français en Syrie] mais ils maintiennent leur présence actuelle, s'ils restent pour contribuer à l'avenir de la Syrie, alors merci. Mais s'ils restent pour protéger les YPG, cela ne sera bénéfique pour personne», a ainsi fait savoir le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, lors d'une rencontre avec des journalistes turcs le 25 décembre. 

«Ce n'est un secret pour personne que la France soutient les YPG. Macron a rencontré leurs représentants», a poursuivi le ministre turc. Les YPG – qui dominent la coalition arabo-kurde alliée aux Occidentaux en Syrie – sont considérés comme des terroristes par Ankara en raison de leurs liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), opposé à la politique turque envers le peuple kurde.

Lire aussi : La France a-t-elle renforcé sa présence militaire en Syrie pour aider les Kurdes ?

Le retrait annoncé par Donald Trump des quelque 2 000 militaires américains de Syrie a été reçu positivement par la Turquie, une réaction contrastant avec celles des chancelleries occidentales. Le président français, Emmanuel Macron, a par exemple affirmé le 23 décembre «regretter profondément» la décision américaine, estimant qu'un allié se devait «d'être fiable».

Lire aussi : «Un allié se doit d'être fiable» : Macron regrette «très profondément» le retrait américain de Syrie

Une offensive anti-Kurdes imminente ?

Si la France a déployé, sans s'en cacher, son artillerie et son aviation en Syrie, des éléments des forces spéciales pourraient également être présents au sol, même si Paris n'a jamais confirmé ces informations.

Qu'adviendra-t-il désormais des forces kurdes, qui luttent depuis plusieurs années contre les terroristes islamistes de Daesh ?

Le retrait du principal allié des YPG en Syrie, les Etats-Unis, pourrait laisser la voie libre à la Turquie, qui a acheminé le 24 décembre de nouveaux renforts militaires à sa frontière avec la Syrie, en préparation d'une offensive, bien que Recep Tayyip Erdogan ait décidé d'y surseoir dans l'immédiat.

Nous avons la force nécessaire pour neutraliser [Daesh] seuls

Dans le détail, des unités militaires, des obusiers et des batteries d'artillerie ont été acheminés en convoi vers le district d'Elbeyli, dans la province turque de Kilis, qui jouxte la frontière syrienne, selon l'agence de presse publique turque Anadolu.

L'envoi de renforts avait commencé le week-end du 22 décembre avec l'arrivée d'une centaine de véhicules militaires turcs dans la région d'al-Bab, contrôlée par des forces pro-turques dans le Nord de la Syrie, d'après le quotidien turc Hürriyet.

Donald Trump invité en visite officielle en Turquie en 2019

Donald Trump a confié pour mission à son homologue turc, après un entretien téléphonique, d'«éradiquer» Daesh, estimant que le groupe djihadiste était déjà «en grande partie vaincu». «Nous avons la force nécessaire pour neutraliser [Daesh] seuls», a assuré le 25 décembre le ministre turc des Affaires étrangères.

Signe du réchauffement spectaculaire des relations entre les deux pays membres de l'OTAN après plusieurs mois de tensions, alimentées notamment par le soutien de Washington aux YPG et la question du pasteur américain Andrew Brunson arrêté en Turquie puis finalement remis en liberté, Recep Tayyip Erdogan a invité Donald Trump à effectuer une visite en Turquie en 2019, selon des responsables américains et turcs.

Auteur: RT France

Une délégation américaine est attendue à Ankara dès la semaine du 24 décembre pour discuter «des moyens de coordonner» le retrait américain. Une délégation turque se rendra également dans les prochains jours en Russie, autre acteur clef en Syrie, pour des discussions axées sur le retrait américain, selon la présidence turque. Recep Tayyip Erdogan a en outre fait savoir qu'il envisageait d'en discuter en personne avec son homologue russe, Vladimir Poutine.

Lire aussi : Etats-Unis : le secrétaire à la Défense remet sa démission sur fond de désaccord avec Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»