«Un allié se doit d'être fiable» : Macron regrette «très profondément» le retrait américain de Syrie

«Un allié se doit d'être fiable» : Macron regrette «très profondément» le retrait américain de Syrie© SAUL LOEB Source: AFP
Le président américain Donald Trump et son homologue français Emmanuel Macron à l'Elysée, le 10 novembre dernier.

Donald Trump a provoqué des remous au sein des chancelleries occidentales, en faisant connaître son souhait de retirer les troupes américaines de Syrie. Le président français a pris note de cette décision avec regrets.

La perspective d'un retrait des forces américaines de Syrie ne passe décidément pas auprès des alliés occidentaux des Etats-Unis. «Un allié se doit d'être fiable, se coordonner avec ses autres alliés», a déclaré ce 23 décembre à N'Djamena (Tchad) Emmanuel Macron, à propos de la décision du président Trump de retirer les troupes américaines de Syrie. 

«Je regrette très profondément la décision prise» par les Etats-Unis, a déploré le chef de l'Etat français. Il a également rendu hommage au chef du Pentagone, Jim Mattis, qui a démissionné après la décision de retrait prise par le président américain.

Paris, Londres et Berlin décontenancés

Le 19 décembre, Donald Trump avait provoqué un coup de tonnerre diplomatique en envisageant un retrait total des troupes américaines de Syrie. Il avait en effet estimé avoir atteint son objectif consistant à «vaincre le groupe Etat islamique» dans le pays – oubliant soigneusement, au passage, de mentionner les autres pays qui, à l'instar de la Russie, de la Turquie ou des Etats européens, ont eux aussi contribué dans une mesure variable à la lutte contre Daesh.

La France avait immédiatement exprimé son inquiétude par le biais de la ministre française des Armées, Florence Parly : «Daesh n'est pas rayé de la carte, ni ses racines d'ailleurs, il faut vaincre militairement de manière définitive les dernières poches de cette organisation terroriste.» Sur CNews le même jour, le ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, confirmait que la France resterait bel et bien en Syrie, jugeant que «la lutte contre le terrorisme n'[était] pas terminée».

Similairement, la diplomatie britannique avait estimé que «la coalition internationale contre Daesh a[vait] fait d'énormes progrès [...] mais [qu']il rest[ait] beaucoup à faire», tandis que le ministre allemand des Affaire étrangères, Heiko Maas, s'était dit surpris par ce «changement abrupt de la politique américaine» en Syrie.

En revanche, la Russie s'est montrée clairement positive vis-à-vis de la décision américaine. Le président russe Vladimir Poutine a ainsi considéré que la décision américaine était «juste». «Donald a raison, je suis d'accord avec lui», a-t-il fait savoir. 

Auteur: RT France

Lire aussi : Trump convaincu par Macron de rester en Syrie ? La Maison Blanche ne semble guère de cet avis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»