Désengagement ou renforcement militaire ? Le discours flou du Pentagone sur l'Afrique

Désengagement ou renforcement militaire ? Le discours flou du Pentagone sur l'Afrique © Robert L. Fisher / Département américain de la Défense / Source: AFP
Un lieutenant militaire américain inspecte les équipements d'un soldat, sur la base militaire du Camp Lemonnier, le 24 décembre 2013 (image d'illustration).

Documents officiels à l’appui, le site américain d'investigation The Intercept affirme que la présence militaire américaine en Afrique tend à se renforcer. Une affirmation qui contredit le discours officiel du Pentagone.

La présence militaire américaine en Afrique serait-elle en train de se renforcer davantage malgré les discours des dirigeants américain ? Selon le site d’investigation américain The Intercept le 1er décembre, qui dit s’appuyer sur des documents officiels, Africom (le commandement militaire américain coordonnant toutes les activités militaires et sécuritaires des États-Unis en Afrique) disposerait de 34 sites à travers le continent. Les documents obtenus auprès d'Africom mentionneraient «des sites non-confirmés dans des zones sensibles comme la Libye, le Niger et la Somalie». 

Les journalistes ont pu obtenir ces informations grâce au Freedom of Information Act, une loi permettant à tout citoyen d'avoir accès à l'ensemble des documents administratifs, le cas échéant par la déclassification d'informations classifiées. Les 34 sites mentionnés par The Intercept seraient répartis sur une très grande partie de l'Afrique «avec de fortes concentrations dans le nord et l’ouest comme dans la Corne». «Sans surprise, ces régions ont également été le théâtre de nombreuses attaques de drones et de raids de commandos discrets au cours des dernières années», constate encore le magazine en ligne co-fondé par le journaliste Glenn Greenwald.

Retrait ou renforcement ? 

Alors que le Pentagone avait annoncé en novembre une réduction de l'ordre de 10% de sa présence militaire en Afrique au cours des trois prochaines années, son dessein sur le continent africain serait tout autre. En témoignent les investissements militaires prévus par exemple au Niger. Dans ce pays, les Etats-Unis, qui disposeraient déjà de «cinq implantations», auraient pour objectif de mobiliser d'ici 2024, plus de 250 millions de dollars pour la construction d'une base aérienne.

«À en juger par sa taille et par les investissements en infrastructures réalisés à ce jour, Agadez ressemble davantage à des bases gigantesques créées par l'armée en Irak et en Afghanistan, qu'à une discrète petite feuille de nénuphar», estime Adam Moore, professeur adjoint de géographie à l'Université de Californie cité par le site. Outre cette base, des forces spéciales américaines et des instructeurs sont présents dans le pays depuis les années 2000 pour former les militaires nigériens. «Il est de plus en plus difficile pour l’armée américaine de prétendre de manière plausible qu’elle dispose d’une "empreinte légère" en Afrique », juge l’universitaire. Par ailleurs, toujours dans la région ouest africaine, deux «positions» dites d'«urgence» seraient installées dans le pays voisin, le Mali. 

Pour l'heure, la plus grande base américaine en Afrique est Camp Lemonnier à Djibouti. «Ancienne base de Légion étrangère française, Camp Lemonnier compte plus de 4 000 hommes destinés à des opérations aussi bien en Afrique qu'au Moyen-Orient» précise le site qui cite un rapport de Peter Teil, conseiller technique au Pentagone.

Lire aussi : L'aviation américaine frappe Daesh en Somalie : l'Afrique, nouveau front pour les Etats-Unis ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter