«Integrity Initiative» : Lavrov déplore l’idéologie anti-russe d’une opération britannique présumée

«Integrity Initiative» : Lavrov déplore l’idéologie anti-russe d’une opération britannique présumée© Alexandre Keller
Serguei Lavrov, chef de la diplomatie russe, dans les locaux de RT France.

Au début du mois de novembre, le collectif Anonymous épinglait l'implication présumée de Londres dans le programme numérique «The Integrity Initiative». Interrogé par RT France à ce sujet, Sergueï Lavrov s'est montré à la fois circonspect et inquiet.

En marge de la conférence de presse conjointe de Sergueï Lavrov et Jean-Yves Le Drian qui a eu lieu ce 27 novembre à Paris, RT France a eu l'occasion d'interroger le chef de la diplomatie russe au sujet de récentes révélations du collectif Anonymous concernant le programme britannique présumé The Integrity Initiative.

Une initiative du gouvernement britannique ?

Le 5 novembre dernier, des hackers du collectif Anonymous publiaient en effet des documents à propos d'un programme lancé au Royaume-Uni en 2015 intitulé The Integrity Initiative, et qui aurait été créé par le think tank Institute for Statecraft.

Ces hackers évoquaient l'implication présumée du gouvernement britannique dans cette initiative, dont l'objectif serait de créer, selon eux, un «service secret d'informations à grande échelle» afin de contrer la «propagande russe».

Lire aussi : Anonymous accuse le Royaume-Uni d'être derrière un programme pour «contrer la propagande russe»

Sergueï Lavrov s'est montré à la fois prudent et inquiet concernant l'existence d'une telle initiative. «Si les documents rendus publics étaient vrais, ce dont je ne peux pour l'heure pas être sûr bien que cela ait été confirmé par certains professionnels, alors il s'agirait de désinformation propagée dans des Etats souverains, financée par le gouvernement britannique», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

Une nouvelle tentative de noircir l'image de la Russie devant l'opinion publique

Il s'est également dit préoccupé par l'implication d'ONG dans la création de «soi-disant indicateurs de confiance dans le journalisme». «Le fait que plusieurs gouvernements européens commencent à soutenir de telles approches [fait craindre] l'existence d'une censure politique», a ajouté Sergueï Lavrov, selon qui le but du programme britannique s'apparente à «une nouvelle tentative de noircir l'image de la Russie auprès de l'opinion publique».

Lire aussi : Le dessin animé «Masha et Michka» accusé de propagande russe (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»