Horreur au cirque : en Russie, une lionne attaque une fillette de quatre ans (VIDEO CHOC)

Horreur au cirque : en Russie, une lionne attaque une fillette de quatre ans (VIDEO CHOC)© YouTube, @Olgamelnikova915
Capture d'écran YouTube du spectacle de cirque en Russie au cours duquel une petite fille s'est fait attaquer par une lionne.

Un incident dramatique est survenu dans la ville d'Ouspenskoïe, dans le sud de la Russie. Au cours d’un numéro de cirque qui a mal tourné, une lionne s'est jetée sur une fillette de quatre ans, qui a dû subir une intervention chirurgicale d'urgence.

Ouspenskoïe, une petite ville de 12 000 âmes de la région de Krasnodar dans le sud de la Russie, a été le théâtre d'une scène d'horreur, au cours de laquelle un fauve s'est jeté sur une fillette lors d'un numéro de cirque.

Une vidéo de la scène tournée par un spectateur en montre toute la sauvagerie. 

Attention : la vidéo ci-dessous peut heurter la sensibilité

Lors du numéro, la lionne se trouvait au sol, allongée selon les instructions de son dresseur. Mais brutalement, le félin s'est précipité de l'autre côté de la scène pour atteindre une petite fille qui se trouvait dos à l'animal, au premier rang. Le fauve a saisi la fillette et l'a traînée sur la scène. Sur la vidéo, on entend fuser des cris d'horreur tandis que la lionne lacère l'enfant de ses griffes. 

La fillette, griffée au visage et à la poitrine, a été conduite à l'hôpital pour subir une intervention chirurgicale d'urgence. Selon les médecins, ses jours ne seraient pas en danger. Mais elle doit être transférée dans la capitale de la région pour être confiée à un centre spécialisé dans les traumatismes infantiles pour poursuivre son traitement.

Le comité d'enquête russe a fait savoir que le directeur du cirque, âgé de 51 ans, avait été arrêté, car il est suspecté d'être responsable de manquements à la sécurité des spectateurs. Les procureurs doivent maintenant décider s'ils vont demander à la cour de mettre l'homme en détention préventive.

L’incident démontre une fois de plus que les fauves, dans un cirque, ne sont pas comparables à de grands chats domestiques, selon Askold Zapachny, un célèbre dompteur. «Les gens pensent souvent que l'animal a l'air calme sur scène, que c'est juste un gros chat qui peut être approché et caressé. Certains parents encouragent même leurs enfants à le faire. C'est de la folie confinant à l'imbécillité», a-t-il tancé dans le tabloïd en ligne russe LifeNews. Pour lui, la faute incombe au personnel du cirque et aux accompagnants de la fillette. Le dresseur n'a pas su maîtriser la lionne lorsqu'elle a attaqué, tandis que l'enfant a été autorisée à se tenir trop près de la clôture.

Cet incident, s'il met en cause la sécurité du spectacle, nourrit un débat très vif actuellement, notamment en France : celui de la présence d'animaux sauvages au sein des cirques. Des voix toujours plus nombreuses se font entendre pour réclamer leur interdiction sous les chapiteaux. 

Lire aussi : L'exposition d'animaux de cirque au froid de la place de la République provoque de vives réactions

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»