Le président turc Erdogan annonce le boycott des appareils électroniques américains

Le président turc Erdogan annonce le boycott des appareils électroniques américains
Recep Tayyip Erdogan, le 7 juillet 2017 à Ankara (image d'illustration) .

Dans la foulée de la chute brutale de la livre turque, le président Erdogan avait dénoncé des «campagnes hostiles» contre son pays. Lors d'un discours prononcé à Ankara ce 14 août, il a annoncé le boycott turc des produits électroniques américains.

«Nous boycotterons les produits électroniques américains», a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un congrès organisé à Ankara, ce 14 août. Le chef d'Etat a ajouté : «S'ils ont des iPhone, il y a des Samsung de l'autre côté» – l'iPhone est le produit phare de la marque américaine Apple, tandis que Samsung est le géant de l'électronique sud-coréen. Lors de sa prise de parole, le dirigeant turc s'est par ailleurs adressé au monde des affaires de son pays, incitant les entreprises nationales à «produire plus [...] à exporter plus». «Nous avons aussi notre Vestel», a-t-il aussi souligné, en référence à une marque turque d'électronique.

L'annonce du boycott turc des appareils électroniques américains intervient quatre jours après une chute phénoménale de la devise nationale, à la suite de laquelle Ankara avait fustigé «des campagnes hostiles» organisées à l'encontre de la Turquie. Recep Tayyip Erdogan avait même évoqué un «complot politique» ourdi, selon lui, depuis les Etats-Unis. «S'ils ont des dollars, nous, nous avons notre peuple, nous avons le droit et nous avons Allah !», avait-t-il martelé. 

Les relations américano-turques se sont particulièrement dégradées au mois de juillet, avec la mise en détention en Turquie d'Andrew Brunson, un pasteur américain. Les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre deux ministres turcs, et Ankara a répliqué par des mesures similaires. Par la suite, le chef d'Etat américain Donald Trump a annoncé le 10 août un doublement des taxes sur les importations de l'acier et de l'aluminium turcs.

Après avoir brutalement chuté depuis le 10 août, la livre turque reprenait des couleurs ce 14 août, au lendemain de mesures annoncées par la banque centrale nationale.

Lire aussi : Le soutien des USA aux «terroristes» kurdes pourrait mener à une confrontation, prévient la Turquie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter