«Ils ont des dollars, nous avons Allah !» : la livre turque en chute libre, Erdogan maintient le cap

«Ils ont des dollars, nous avons Allah !» : la livre turque en chute libre, Erdogan maintient le cap© Ziya Koseoglu Source: AFP
Le président turc Recep Tayyip Erdogan.

La devise turque a chuté de 7% en un jour – un record historique. Le président Recep Tayyip Erdogan dénonce «des campagnes hostiles» contre la Turquie. quant au ministre turc des Finances il doit présenter un plan de refondation économique,

La livre turque a brutalement chuté ce 10 août, perdant plus de 7% de sa valeur face au dollar, sur fond de crise diplomatique entre la Turquie et les Etats-Unis et d'inquiétudes face à d'éventuelles répercussions sur des banques européennes. 

La devise turque a brièvement franchi dans la matinée et pour la première fois la barre de 6 livres pour un dollar, après avoir perdu quelque 12% de sa valeur. Elle s'est ensuite quelque peu ressaisie et s'échangeait à 8h à 5,96 pour un billet vert, accusant une baisse de plus de 7% sur la journée. La livre turque, dont la valeur a fondu de plus d'un tiers face au dollar et à l'euro depuis le début de l'année, avait déjà cédé plus de 5% face au billet vert la veille.

La chute de la livre survient à quelques heures d'un discours attendu du ministre des Finances Berat Albayrak, également gendre du président Recep Tayyip Erdogan, qui doit présenter le «nouveau modèle économique du pays». Dans ce contexte particulier, la chute de la devise turque n'a pas manqué de faire réagir le président qui a dénoncé le 9 août au soir «des campagnes hostiles» contre son pays. «S'ils ont des dollars, nous, nous avons notre peuple, nous avons le droit et nous avons Allah !», a-t-il lancé. 

Des problèmes structurels et une crise diplomatique

Le président turc fait référence à la grave crise diplomatique dans laquelle la Turquie est engagée avec les Etats-Unis au sujet d'un pasteur américain détenu par Ankara. Ces deux alliés au sein de l'Otan ont imposé la semaine dernière des sanctions réciproques contre des responsables gouvernementaux. Une rencontre entre de hauts diplomates américains et turcs le 8 août n'a débouché sur aucune avancée notable en vue d'apaiser les tensions et des observateurs s'attendent désormais à ce que Washington impose de nouvelles sanctions pour accroître la pression afin de faire libérer le pasteur.

Ces tensions diplomatiques ne sont pas étrangères à l'épisode de turbulences que connaît le cours de la libre turque, mais les marchés s'inquiètent plus généralement de la politique économique du président Recep Tayyip Erdogan, qui se targue d'être «l'ennemi des taux d'intérêts», refusant de rehausser ceux-ci, comme le lui conseillent de nombreux économistes, afin d'endiguer l'inflation galopante qui a atteint 16% en juillet en rythme annuel.

Signe de l'imbrication étroite des problèmes structurels de l'économie turque et de l'influence de l'extérieur décriée par Recep Tayyip Erdogan, l'inquiétude des marchés a été renforcée par la publication d'un article du Financial Times selon lequel la Banque centrale européenne s'inquièterait d'une éventuelle contagion de cette crise monétaire à certaines banques européennes très présentes en Turquie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter