Les enquêteurs britanniques auraient identifié plusieurs suspects dans l'affaire Skripal

Les enquêteurs britanniques auraient identifié plusieurs suspects dans l'affaire Skripal© Hannah McKay Source: Reuters
Des agents de la police britannique à Salisbury en Grande-Bretagne le 3 avril 2018 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Grâce à des caméras de vidéosurveillance, les enquêteurs britanniques pensent avoir identifié plusieurs suspects dans l'affaire Skripal, selon une source anonyme citée par l'agence Press Association, qui affirme qu'il s'agirait de citoyens russes.

L'enquête sur l'empoisonnement en mars dernier de l'ancien agent double Sergueï Skripal et de sa fille aurait connu une avancée significative avec l'identification des suspects, qui seraient des citoyens russes, selon l'agence de presse britannique Press Association.

«Les enquêteurs pensent avoir identifié les suspects de l'attaque au novitchok grâce à la CCTV, et ont croisé ces informations avec les données sur les personnes qui sont entrées dans le pays au même moment. [Les enquêteurs] sont sûrs que les [suspects] sont russes», a expliqué une source anonyme au courant des avancées de l'enquête à l'agence de presse. Interrogé par l'AFP le 19 juillet, Scotland Yard s'est de son côté refusé à tout commentaire.

L'empoisonnement, selon la police britannique, de l'ex-agent double russe et de sa fille à Salisbury par un agent innervant novitchok, a rapidement été attribué par Londres à Moscou, déclenchant une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux et une vague d'expulsions croisées de diplomates. Depuis le début de l'affaire, Moscou réfute les accusations portées à son encontre, relevant notamment l'absence de preuves.

La crise entre Londres et Moscou s'est brusquement ravivée lorsque deux Britanniques ont de nouveau été empoisonnés au novitchok le 30 juin. Cette incident, qui a coûté la vie à Dawn Sturgess, ressortissante britannique de 44 ans, s'est déroulé dans la ville d'Amesbury, à quelques kilomètres seulement de Salisbury. Tout comme dans l'affaire Skripal, le gouvernement britannique a accusé la Russie d'être responsable de cette attaque. Des accusations «infondées» selon le président russe Vladimir Poutine, qui a demandé une nouvelle fois le 17 juillet à voir quelles «preuves documentées» venaient les étayer.

Lire aussi : Londres accuse Moscou d'être responsable de la mort par empoisonnement d'une Britannique

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix