Trump prolonge les sanctions contre Pyongyang mais suspend trois exercices militaires avec Séoul

Trump prolonge les sanctions contre Pyongyang mais suspend trois exercices militaires avec Séoul© Jonathan Ernst Source: Reuters
Image d'illustration

En attendant que la dénucléarisation de la Corée du Nord soit effective, Donald Trump a prolongé d'un an les sanctions à son encontre. Mais, signe des avancées diplomatiques, Washington et Séoul ont suspendu leurs exercices militaires conjoints.

C'était une décision dont l'administration Trump n'avait pas fait mystère au terme de la rencontre entre le président américain et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un : les sanctions américaines contre Pyongyang ont effectivement été prolongées d'un an ce 22 juin.

«Les actions et décisions du gouvernement nord-coréen, y compris la poursuite de son programme nucléaire et de missiles [...] continuent de constituer une menace inhabituelle et extraordinaire pour les Etats-Unis», a ainsi déclaré la Maison-Blanche dans un communiqué.

A l'issue du sommet historique de Singapour, Donald Trump avait promis de mettre fin aux sanctions dès que Washington serait «sûr» que les armes nucléaires ne seraient plus un élément à prendre en considération. «Je suis impatient de les retirer», avait-il ajouté. Une position confirmé par son secrétaire d'Etat Mike Pompeo, qui avait lui aussi lié un éventuel allègement des sanctions à une dénucléarisation effective.

Trois exercices militaires avec Séoul «indéfiniment» suspendus

En parallèle de cette annonce, Washington a souhaité donner des gages à Pyongyang, respectant son engagement de tempérer ses exercices militaires avec la Corée du Sud. «Afin de soutenir la mise en œuvre des décisions du sommet de Singapour et en coordination avec notre allié de la République de Corée, le secrétaire [à la défense] James Mattis a suspendu indéfiniment certains exercices [militaires]», a déclaré la porte-parole du Pentagone, Dana White ce même 22 juin.

Figure parmi les trois exercices concernés, qui font partie d'un programme d'échange entre les marines américaine et sud-coréenne et devaient se tenir d'ici trois mois, le fameux «Ulchi Freedom Guardian» a expliqué Dana White, confirmant une information donnée quelques jours plus tôt par le ministre de la Défense sud-coréen. L'année dernière, 17 500 soldats américains et 50 000 côté sud-coréen avaient participé à ces manœuvres militaires, considérées par Pyongyang comme un «scénario de guerre agressif».

Signe des avancées diplomatiques majeures de ces dernières semaines, le ministre de la Défense sud-coréen a laissé entendre dans une interview à l'agence de presse Yonhap que les alliés étaient prêts à réduire davantage encore les opérations militaires dans la région, «tant que la Corée du Nord poursuivait dans le sens d'une coopération productive». Un sentiment auquel a fait écho la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, le 18 juin, assurant que les exercices militaires «seraient mis en pause» tant que la Corée du Nord continuerait d'agir de bonne foi.

Lire aussi : «Dénucléarisation complète» contre «garanties de sécurité» : Kim et Trump signent un document commun

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter