Sur son programme nucléaire, la Corée du Nord «ne reculera pas d'un pouce», selon un diplomate

Sur son programme nucléaire, la Corée du Nord «ne reculera pas d'un pouce», selon un diplomate
Illustration ©Damir Sagolj / Reuters

Un représentant nord-coréen participant à un forum sur le désarmement a signifié le refus de son pays de négocier son programme nucléaire. Le diplomate a en outre accusé la Corée du Sud et les Etats-Unis de mener un «scénario de guerre agressif».

La Corée du Nord reste sur ses gardes. «La République populaire démocratique de Corée ne mettra jamais sa dissuasion nucléaire de défense sur la table des négociations», a fait savoir Ju Yong-chol, un diplomate nord-coréen cité par Reuters. «La Corée ne s'écartera pas du chemin qu'elle a tracé afin de renforcer sa force nucléaire nationale», a-t-il ajouté lors d'un forum des Nations unies à Genève ce 22 août 2017, consacré au désarmement.

Le diplomate nord-coréen a en outre estimé que les manœuvres militaires conjointement menées depuis 2015 par les Etats-Unis et la Corée du Sud, baptisées «Ulchi Freedom Guardian», constituaient un «scénario de guerre agressif». L’exercice annuel bilatéral Ulchi Freedom Guardian vient de reprendre ce 21 août et se terminera le 31.

«Aussi longtemps que la politique hostile des Etats-Unis et que la menace nucléaire ne seront pas contrées, la Corée du Nord ne mettra pas sa force dissuasive nucléaire sur la table des négociations», a-t-il encore martelé.

Après plusieurs semaines d'escalade entre Washington et Pyongyang, le chef de l'Etat nord-coréen Kim Jong-un avait entrouvert la porte des négociations le 15 août dernier. Le dirigeant avait alors mis en pause son projet de tirs de missiles près de l'île américaine de Guam dans le Pacifique, afin d'«observer encore un peu le comportement idiot des Yankees», selon ses termes. Le lendemain, le président américain Donald Trump avait salué la décision de Kim Jong-un, la qualifiant de «sage». 

Dans une guerre des mots allant crescendo, le 8 août dernier, le dirigeant américain avait menacé la Corée du Nord du «feu» et de la «colère» des Etats-Unis, faisant craindre un conflit nucléaire entre les deux pays. Depuis plus d'une décennie, la communauté internationale, s'appuyant notamment sur une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies de 2006, fait pression sur Pyongyang que le pouvoir nord-coréen renonce à son programme militaire nucléaire.

Lire aussi : Corée du Nord : une foule énorme défile contre les sanctions de l'ONU et les menaces de Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.